12 concept-cars produites en URSS et tombées dans l'oubli

Moskvitch-G2. Une voiture de course ayant battu plusieurs records, imaginée par I.A. Gladiline et I.I. Okounev, et construite en 1956. La Moskvitch G2 a battu trois records de vitesse d'URSS dans des courses sur longue distance. Elle était en lice pour le championnat d'URSS en 1959, triomphant dans la catégorie des moins de 2500 cc. La Moskvitch G2 n'était plus utilisée après 1960, et sa production a été abandonnée fin 1963. Seuls deux exemplaires ont été construits, tous deux démontés par la suite pour en récupérer les pièces.

Laura. En janvier 1982, dans un petit atelier de la banlieue de Leningrad, deux jeunes, Dmitri Parfenov et Gennadi Hainov, ont décidé de créer leur propre voiture. Chose remarquable, ce modèle a été presque entièrement construit sans pièces d'usine, contrairement à la plupart des automobiles fait maison - même le moteur fut conçu et construit par les deux passionnés. Mikhaïl Gorbatchev, le Secrétaire général du Parti Communiste à l'époque, a loué les mérites de cette voiture, laquelle a participé à de nombreuses expositions internationales, toutefois sans jamais être produite en série.

YUNA. Une voiture fait maison, imaginée en 1969 par Youri Algebraistov, ingénieur et passionné d'automobiles, mais assemblée en 1977. Ce modèle très apprécié a reçu plusieurs récompenses lors d'expositions internationales. Il n'a cependant jamais été produit en série. Seuls deux exemplaires ont été construits, dont un seul existe encore. Sillonnant les routes depuis 1977, la Yuna affiche déjà plus de 500 000 km au compteur.

NAMI Okhta. L'Okhta a été construite en 1986-87 au Laboratoire de Leningrad pour la conception de prototypes de véhicules légers, par le NAMI (Institut Central de Recherche Automobile). Ce concept car pouvait accueillir sept passagers au total : les deuxième et troisième rangées de sièges étaient escamotables, tandis que la première rangée pouvait pivoter à 180°. Le siège arrière se repliait pour former une table bien pratique. À l'époque, le système de multiplexe - dans une voiture soviétique, de surcroît - relevait de la science-fiction. Le seul exemplaire produit est exposé dans un musée, après avoir été restauré suite à un accident.

Istra. Ce modèle est l'un des plus intéressants parmi ceux développés par AZLK : il fut créé entre 1985 et 1988, au sein du projet "Istra". Il était équipé d'un système de transmission automatique, d'un moteur diesel peu gourmand, et de la climatisation de série. Mais le projet est resté sur les étagères de la firme. De nos jours, un exemplaire est conservé dans une ancienne usine d'AZLK, aujourd'hui abandonnée.

Gaz-Aero. Un modèle développé en 1934 par le designer Alexeï Nikitine comme résultat d'une étude intitulée "Aérodynamique et lignes de courant en automobile" - étude qui constituait en fait la dissertation de ce jeune étudiant ingénieur. La carrosserie de la GAZ-Aero était composée d'un cadre en bois recouvert d'acier. Seul un modèle fut produit, et on ignore où il se trouve actuellement.

Pobeda-Sport. Au total, ce sont trois Pobeda de course qui ont remporté les championnats d'URSS, en 1950, 1955 et 1956. Il s'agissait de la première voiture de sport soviétique à rencontrer le succès. Rien d'étonnant, si l'on considère qu'elle a été imaginée par un ingénieur en aéronautique. Cette voiture est aussi intéressante en tant que véhicule expérimental conçu par un constructeur aéronautique, que comme exemple de l'usage pacifique de la technologie militaire.

Pangolina. Autre sportive fait maison, ce modèle est né de l'imagination d'Alexander Kouligine, un ingénieur qui conçut également un véhicule tout-terrain à six roues et un concept car, tous deux à vocation militaire. La Pangolina fut construite en 1980 et remporta un franc succès. Elle participa à de nombreuses compétitions automobiles soviétiques avec son créateur, et fut même exposée au Salon international de l'Automobile "EXPO 85" de Plovdiv, en Bulgarie. La Pangolina est présente dans des vidéos pop soviétiques. De nos jours, elle est conservée dans un musée.

ZIS-112. Cette voiture présentait un design véritablement d'avant-garde. Dans la plus pure tradition des voitures de rêve, il s'agissait d'une trois places de près de 6 m de long, dotée d'une grille de radiateur ronde et d'un seul phare, le tout pesant deux tonnes et demi. Ce modèle construit en 1951 a participé à plusieurs courses, mais sa production fut stoppée en 1955, et il termina dans une casse automobile.

Belka. À la fin des années 40, Youri Dolmatovski, frère du poète soviétique Evgeni Dolmatovski, évaluait les avantages d'un design de style break. Son implication dans ce projet permit de concevoir le premier monospace soviétique. Hélas, bien que ses efforts reçurent des échos positifs, et ce même dans les magazines spécialisés étrangers, Dolmatovski ne réussit pas à obtenir le soutien de sa hiérarchie. Seul un prototype fut construit, lequel finit d'ailleurs à la casse en 1954. Sept ans plus tard, le Chevrolet Corsair Greenbrier était mis en vente sur le marché américain ; il s'inspirait des idées de Dolmatovski.

VNIITE PT. Dans les années 50, les experts soviétiques constatèrent la nécessité de créer un modèle automobile spécial pour les taxis. Le conseil des ministres prit en compte leur avis et publia en 1962 un décret sur le développement d'un minivan. Seul un exemplaire fut produit, car la production fut jugée trop peu rentable. Regardez pourtant le Nissan NV200 Taxi sillonner les rues de New York et de Londres, et vous ne manquerez pas de constater à quel point il ressemble au Taxi Next Generation conçu par le VNIITE (Institut de Recherche Pansoviétique pour l'Esthétique Technique).

Gaz-Torpedo. Un autre concept car créé par un constructeur aéronautique soviétique. En 1951, les ingénieurs en aéronautique dessinèrent un nouveau cockpit en partant complètement de zéro, dans l'espoir de créer un nouveau véhicule. Le designer A. Smoline imagina une carrosserie aérodynamique en forme de larme, à partir des mêmes matériaux que pour les avions (duraluminium et aluminium), mesurant 6.3 m de long, 2.07 m de large et 1.2 m de haut, pour un poids total de 1100 kg. La Torpedo ne brillait malheureusement pas par sa rapidité, et elle resta à l'état de prototype. Seul un exemplaire existe encore, exposé dans un musée.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies