Mourmansk, la grâce glaciale de la péninsule de Kola

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Cette série de photographies fait partie d’un projet spécial sur la Russie réalisé par trois femmes photographes moscovites qui forment le groupe artistique “Troïka”. C’est le premier projet publié en partenariat avec La Russie d'Aujourd'hui, mais ce n’est, sans doute, pas le dernier. Commençons par Mourmansk. Mourmansk se trouve à 1950 km au nord de Moscou, dans la baie de Kola, dans la mer de Barents. Voici une vue de la ville depuis le sommet du mont Abram-Mys.

Mourmansk, la ville la plus peuplée du Cercle Polaire, est la dernière ville fondée dans l’Empire russe. La ville est relativement jeune, elle ne fêtera que son 100e anniversaire en 2016. Actuellement, sa population s’élève à 307 000 habitants. Cette photographie a été prise depuis le point le plus élevé de Mourmansk que les locaux ont baptisé la “Montagne des Imbéciles” car on confond souvent les numéros des maisons là-bas.

La Montagne des Imbéciles avoisine le soldat Aliocha (un mémorial aux défenseurs de l’Arctique soviétique à la Seconde Guerre mondiale). Ce diminutif paraît un peu étrange, vu la taille immense du monument, visible depuis différents quartiers de Mourmansk.

Généralement, le temps à Mourmansk est imprévisible car il ne suit pas un schéma saisonnier strict, comme les autres villes russes. En cause- le Gulf Stream et l’océan Arctique voisin. A Mourmansk, une journée commence souvent en hiver, mais le printemps arrive dans l’après-midi.

Les arbres ne poussent pas dans cette ville arctique, uniquement des arbustes et des plantes polaires. Cela donne le sentiment du vide et du sauvage. Comme dit l’auteur de ce projet photo, “Mourmansk est à la fois une ville dure, froide, mais elle aussi empreinte d’une certaine douceur".

En été 1942, la ville de Mourmansk fut presque complètement détruite ; l’incessant soleil polaire en fut la cause. Les bombes Nazi mirent le feu aux trois quarts de la ville qui était, en très grande partie, faite en bois. En une seule année, Mourmansk fut frappé par 792 attaques aériennes et 185 000 bombes, la seule ville qui connut un acharnement allemand plus important fut Stalingrad.

Mourmansk est née dans des conditions difficiles, à cause de la guerre et pour la guerre. Lors de la Première Guerre mondiale, le Russie avait un besoin urgent d’approvisionnement par les alliés. La seule solution était de construire un port dans la baie de Kola et un chemin de fer qui relierait le port à Saint-Pétersbourg.

Mourmansk est la porte russe sur océan Arctique, une ville de marins et de pécheurs. "La pêche extraordinaire attire de nombreux touristes vers la péninsule de Kola: son territoire compte 82 rivières où le saumon abonde. La magnifique nature scandinave, l’accessibilité des infrastructures et, bien sûr, le poisson en guise de trophée font de la péninsule de Kola un endroit rêvé pour les vrais amateurs de pêche," disent les pêcheurs locaux.

Les médecins estiment que la nuit polaire nuit au fonctionnement de l’organisme à cause du manque de lumière ultraviolette et de vitamines. La population du Nord est souvent déprimée et léthargique pendant l’hiver.

Pendant les nuits polaires, les écoles de Mourmansk suivent un rythme raccourci. Dans certaines écoles, les cours commencent plus tard et sont plus courts. Dans les jardins d’enfants, les petits prennent des vitamines et font des entraînements physiques.

Le village de Kola est situé à proximité de Mourmansk. Ici, contrairement au centre-ville, il est possible d’atteindre la baie. Kola est un village très calme et, parfois, vide. Mais, malgré sa proximité avec Mourmansk, le climat ici est différent. L’hiver, par exemple, est plus froid. Les fleuves Touloma et Kola gèlent en hiver, contrairement à la baie de Kola à Mourmansk.

Les “Mourmans” est le nom que les Russes donnèrent aux Norvégiens et aux Normands. Le lien avec la Scandinavie n’est pas étonnant : les paysages et les mœurs sont très proches. Mais les gens ici ne sont pas aussi dures. Ils appellent leur ville affectueusement “Monamourmansk,” et son architecture ordinaire est largement compensée par la beauté de la nature alentour: la toundra, les montagnes, le taïga, les fjords et l’océan.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies