La laure de la Trinité Saint-Serge, où l’histoire russe a été écrite

Plusieurs chapitres de l’Histoire russe peuvent aisément être illustrés par les images de Serguiev Possad, une petite ville située dans la région de Moscou.

Le joug tatar, Andreï Roublev et Dmitri Donskoï, le duel entre Peresvet et Tcheloubeï, Minine et Pojarski, Pierre Ier et Savva Mamontov : tous ces grands personnages et événements sont plus ou moins liés à Serguiev Possad. 

Sans aucun doute, la place de la ville qui présente le plus d’intérêt est la célèbre laure de la Trinité Saint-Serge. Elle a « vécu » une vie passionnante depuis sa fondation (au milieu du XIVème siècle).

L’histoire commença lorsqu’un jeune homme, Barthélémy (Varfolomeï en russe), qui reçut par la suite la tonsure monastique avec le nom de Serge et propagea les idées de détachement à l’argent et de diligence, s’installa dans une simple cabane à la suite de la mort de ses parents.

Petit à petit, le monastère devint plus grand, et attira à la fois de nouveaux dévots, et des pèlerins de toute la Russie. Cent ans plus tard, le temple principal – la cathédrale de la Trinité – fut fondé à l’endroit où se trouvait auparavant une église en bois. Il a été construit avec l’aide de moines serbes du Kosovo, qui étaient venus trouver refuge après la bataille de Kosovo Polje.

Plus tard, le monastère fut nommé la laure de la Trinité Saint-Serge. 

L’iconostase la plus emblématique de la laure a été crée par les célèbres peintres d’icônes russe Andreï Roublev et Daniil Tcherny. Pour cette iconostase en particulier, Roublev peignit la célèbre icône de la Sainte Trinité.

Au total, l’ensemble du monastère inclut plus de 50 bâtiments de différentes missions, qui furent conçues et décorées par les meilleurs maîtres entre le XVème et le XIXème siècles. Depuis 1993, l’architecture de la laure de la Trinité Saint-Serge est un patrimoine mondial de l’UNESCO

Mais la laure n’est pas le seul lieu d’intérêt de Serguiev Possad. Cette ville, pleine de verdure et située sur les rives de la Kantchoura, a conservé beaucoup de constructions anciennes, et semble ainsi restée dans le passé.

Les possads, qui sont les quartiers de la ville, furent bâtis spontanément autour du monastère, et la ville ne put en fin de compte s’y joindre. La plupart des districts porte toujours des noms anciens, tels que Hameau du matériel (Skobianoï posselok), Village paysan (Krestianskaya Sloboda), ou Ville des oiseaux (Ptitsegrad). 

Nous vous proposons d’admirer la ville d’en haut, et d’imaginer qu’un quelconque événement historique, héroïque ou complètement incroyable est en train de se dérouler à droite de cette maison …

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.