Projets architecturaux non réalisés à Moscou à l'époque stalinienne

Parmi les programmes de grande envergure des premiers plans quinquennaux staliniens, le Plan général pour la reconstruction de Moscou, adopté en 1935, éclipsait tous les autres par son ampleur. Selon le plan, Moscou devait se transformer du jour au lendemain en capitale modèle du premier Etat socialiste au monde.

En 1934, un appel d'offres a été annoncé pour la construction du bâtiment du Commissariat du peuple à l'Industrie lourde sur la Place Rouge. Cet immense édifice d'un volume de 110.000 mètres cubes, réparti sur 4 hectares, aurait conduit à une reconfiguration radicale de la Place Rouge. Mais il n'a jamais vu le jour.

L'appel d'offres pour le Palais des Soviets de Moscou a été l'une des compétitions les plus importantes et représentatives de l'architecture du siècle dernier. L'idée d'ériger un bâtiment dans la capitale du premier Etat des ouvriers et paysans au monde comme symbole de la « victoire imminente du communisme » est apparue dans les années 1920.

L'appel d'offres pour le projet de Palais des Soviets a été annoncé en 1931 et consistait en plusieurs étapes. Le Palais des Soviets a été conçu comme le plus grand bâtiment de la Terre. Avec 415 mètres de haut, il aurait éclipsé les deux plus hauts bâtiments de l'époque : la Tour Eiffel et l'Empire State Building. Mais encore une fois, il ne fut jamais construit.

En 1931, la ville de Moscou a lancé un appel d'offres fermé pour la construction d'un hôtel de 1.000 chambres, destiné à être le plus luxueux de son temps. Parmi les six offres reçues, le projet architectural du jeune duo d'architectes L. Savelyev et O. Stapran a été sélectionné. L'Hôtel Moskva, c'est ainsi qu'il fut nommé, a été achevé en 1934.

Un appel d'offres pour le Palais de la technologie a été annoncé en 1933. Une zone sur les rives de la rivière Moskova a été choisie comme site du chantier. Le Palais de la technologie n'a jamais été construit.

Les bâtiments de l'architecte L. Roudnev figurent parmi les plus en hauts de Moscou. Il a dirigé l'équipe qui a conçu le projet de construction de l'édifice impressionnant de l'université d'Etat de Moscou sur le Mont Lénine (aujourd'hui Mont des moineaux) (1953). Son projet de conception de la Place Arbat, qui n'a été que partiellement mis en œuvre, illustre la transition de l'architecte de la splendeur sombre des bâtiments du Commissariat du peuple à la Défense des années 1930 au caractère pompeux de l'architecture des années 1940 et du début des années 50. / / Bâtiment du Commissariat du peuple.

Le bâtiment Aeroflot, qui devait être situé à la gare de Biélorussie, a été conçu par l'architecte D. Chechouline en tant que monument à l'héroïsme de l'aviation soviétique. Le projet n'a pas été réalisé selon le plan original.

Dom Knigui (Maison du Livre) est un exemple typique du concept propre au début années 30 de bâtiment constituant un « monument architectural ». Dans les années 1920, l'architecte I. Golossov s'est fait un nom dans le domaine du constructivisme. Les propositions qu'il a soumises pour le Palais des Soviets et les projets pour le Commissariat du peuple étaient très originales. Le style de Golossov est qualifié de « romantisme symbolique. »

L. Pavlov, concepteur de l'Arc des Héros, a suggéré de construire son monument sur la Place Rouge. Il n'a jamais vu le jour.

V. Oltarjevsky s'est immergé dans la théorie architecturale et la construction de hauts édifices. Il a accordé une attention particulière aux techniques multiples de conception et d'ingénierie de gratte-ciel. Le projet d'Oltarjevsky n'a pas été mis en œuvre.

En 1947, le gouvernement soviétique a publié un décret sur la construction d'immeubles de grande hauteur à Moscou. Au début des années 1950, des immeubles très élevés avaient été construits sur le mont Lénine, Place Smolensk, Place Lermontov, Place Komsomolskaya, Avenue Koutouzov, quai Kotelnitcheskaya, et place Vosstaniya. Seule la construction d'un immeuble administratif de 32 étages dans le quartier de Zaryadye, censé être un des principaux éléments de la ligne d'horizon du centre-ville, n'a pas été réalisé.

Voici comment serait Moscou aujourd'hui si les projets des architectes de Staline avaient été réalisés.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.