L'Europe vue par un peintre-voyageur russe

L'exposition réunit les toiles de Nikita Makarov de ces dernières années mettant en évidence l'évolution de sa manière artistique qui devient plus raffinée et sensuelle, sa façon de mélanger diverses traditions artistiques pour créer son propre style original et reconnaissable. // «Janvier à Amiens », 2013

L'exposition réunit les toiles de Nikita Makarov de ces dernières années mettant en évidence l'évolution de sa manière artistique qui devient plus raffinée et sensuelle, sa façon de mélanger diverses traditions artistiques pour créer son propre style original et reconnaissable. // «Janvier à Amiens », 2013

Musée des beaux-arts Pouchkine

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'exposition de Nikita Makarov, l'académicien le plus jeune de l'Académie des beaux-arts de Russie, a ouvert ses portes au Centre d'éducation esthétique « Mouseïon » près le Musée des Beaux-arts Pouchkine à Moscou. // «Avon. Fontainebleau », 2010
L'exposition propose aux spectateurs de se déplacer d'une Moscou enneigée en Europe et de se balader dans les rues de Paris ou de Vienne. Le roman de Gaïto Gazdanov a suggéré à Nikita Makarov le nom de son exposition « L'histoire de plusieurs voyages ». Il est un peintre de talent et un voyageur enragé. // «Boulevard Diderot. Paris», 2012
Il avoue qu'il voit les pays visités à travers le prisme de la littérature russe : « Paris me fait penser tout d'abord à Gaïto Gazdanov et à Guéorgui Ivanov, l'Italie à Ivan Bounine, à Zinaïda Hippius, à Dmitri Merejkovski et, bien-sûr, à Nicolas Gogol, l'Allemagne à Vladislav Khodassevitch. Venise, c'est pour moi Serge de Diaghilev, Igor Stravinski et Joseph Brodsky ». // «Acqua alta. Venise», 2008
Dans ses toiles on peut voir l'influence des peintres français de la fin du XIX et du début du XX siècles. Il paraît qu'elles ont été créées sous l'impression des œuvres de Vincent van Gogh, tandis que d'autres portent une empreinte des paysages de quartiers de Paris de Eugène Galien-Laloue. // « Soleil du soir. Rome », 2012
Cependant chaque tableau exposé est très russe : ce n'est pas un hasard si Nikita Makarov est surnommé « Européen russe ». Le peintre a passé son enfance et sa jeunesse en Allemagne où il a commencé à peindre ayant fait sienne l'expérience artistique ouest-européenne. Plus tard il est revenu en Russie et a fait ses études à l'Institut de peinture Sourikov à Moscou. // «La chaleur du midi. Bari», 2012
Les tableaux de Makarov traduisent d'une façon étonnante l'atmosphère des places et des quais de Paris et de Vienne permettant au spectateur d'entendre la musique de chaque ville, de humeur les odeurs de petits cafés sympas, de contempler la mer se délectant du jeu des réminiscences littéraires. Les œuvres du peintre sont accompagnées de citations d'écrivains russes. // «Rue de Park Royal. Le soir froid. Paris», 2012
L'exposition réunit les toiles de Nikita Makarov de ces dernières années mettant en évidence l'évolution de sa manière artistique qui devient plus raffinée et sensuelle, sa façon de mélanger diverses traditions artistiques pour créer son propre style original et reconnaissable. // «Janvier à Amiens », 2013

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies