En images: rétrospective de l’Euro 2020 à Saint-Pétersbourg

Fan zones remplies, rencontres entre les supporters étrangers et œuvre réalisée à partir de 400 ballons ronds – retour sur les moments les plus vifs de l’Euro 2020 dans la capitale dite culturelle de Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Coiffés de chapeaux à cornes aux couleurs du drapeau belge, des étrangers quittent l’aéroport Poulkovo, l’air satisfait. C’est ainsi que commence le premier jour des matchs de l’Euro 2020 disputés à Saint-Pétersbourg. Le premier a justement opposé l’équipe de Russie à celle de Belgique.

Afin que les supporters puissent visiter les matchs de leurs sélections favorites, la Russie a instauré un régime sans visa pour les détenteurs d’un FAN-ID. À leur arrivée dans le pays, les amateurs de sport échangeaient leur document électronique contre une carte physique dans un centre spécialisé.

À l’occasion de la tenue de la compétition, les vitrines des cafés et des magasins ainsi que les bus ont été ornés aux symboles de l’Euro 2020. Dans l’une des rues de Saint-Pétersbourg, 24 chats « supporters », peints aux couleurs des sélections prenant part au championnat ont en outre été installés. Cette œuvre d’art appartient à l’alliance créative Mit’ki.

Spécialement pour les supporters, plusieurs fan zones, où l’on pouvait se prendre en photo dans des aires aménagées, participer à des flash-mobs et jouer au football sur un terrain miniature, ont été installées à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

L’un des principaux lieux d’attraction pour les amateurs de selfies est l’installation de l’artiste-calligraphe russe Pokras-Lampas, à Saint-Pétersbourg. Constituée de 432 ballons, y sont formés des mots tels que « amitié », « santé », « paix », « égalité »... Après la fermeture de l’installation, sa version numérique sera disponible en tant que NFT (jeton non fongible), qui sera offert à l’auteur du meilleur but du championnat.

Dans la soirée du 12 juin, les supporters russes et étrangers ont rempli les fan zones et les bars sportifs.

Les Belges se réjouissaient de chaque but, quant aux Russes, ils étaient écrasés par l’issue du match, qui s’est terminé sur le score de 3 à 1.

Toutefois, c’est le match Pologne-Slovaquie qui a attiré le nombre le plus important de supporters : le 14 juin, la Gazprom Arena a accueilli plus de 12 000 spectateurs.

Le 16 juin, le jour du match entre la Russie et la Finlande, la fan zone était comble : 5 000 personnes s’y sont accumulées.

C’est la Russie qui est sortie gagnante de cette rencontre, terminant sur le score de 1 à 0.

L’un des plus beaux personnages de l’Euro 2020 est sans doute l’étudiante Maria Choumilina, qui a fait son apparition sur la pelouse en short et maillot de bain arborant le nom d’une cryptomonnaie. Arrivée au milieu du terrain, elle a été arrêtée par le service de sécurité. L’incident a eu lieu lors du match Finlande-Belgique (0 à 2).

Le nombre de nouvelles contaminations à la Covid-19 allant croissant, de nouvelles mesures ont été mises en place à Saint-Pétersbourg. Les supporters n’y ont pas échappé. Ainsi, à partir du 17 juin, la vente de nourriture a été interdite dans les fan zones. À partir du 20 juin, il a en outre été interdit d’accueillir plus de 3 000 supporters dans la fan zone de la place place Koniouchennaïa.

À Moscou, la fan zone a été fermée et n’a repris son fonctionnement que le 26 juin. Cependant, désormais, seules les personnes guéries, vaccinées ou ayant passé un test PCR peuvent s’y présenter.

En dépit des limitations, le 2 juillet, une nouvelle fan zone a été ouverte place du Palais, à Saint-Pétersbourg. En vue de la diffusion de deux matchs – quart de finale Espagne-Suisse (qui se déroulera à Saint-Pétersbourg) et Italie-Belgique – des rues centrales de la ville ont été fermées.

Depuis 12 juin, la « Venise du Nord » a été visitée par plus de 110 000 supporters russes et étrangers.

Dans cet autre article, nous vous racontions la venue en URSS de l’illustre joueur de football Diego Maradona.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies