Sammy, une «femme bionique» russe qui nous donne une leçon de courage

Semmi Djabrail
À la suite d’un accident survenu il y a deux ans, Sammy Djabraïl a perdu sa jambe droite. Cela ne l’empêche pas de participer à des séances photo de mode et de travailler à des bandes dessinées consacrées à sa vie.

Sammy Djabraïl est née dans le Caucase. À l'âge de 15 ans, elle est entrée à l'université pour devenir inspecteur des impôts. Après ses études, elle a déménagé à Saint-Pétersbourg, où elle a activement fait du sport et a commencé tenir un blog sur Instagram. Dans la « capitale du Nord », elle travaillait dans un bar et rêvait de s'installer aux États-Unis.

« À New York, ils m'attendaient, je voulais réaliser des poupées articulées : j'ai toujours rêvé d’avoir mon propre atelier, un peu poussiéreux, sombre, petit et confortable », a déclaré la jeune femme dans une interview avec Sobaka.ru

Dans la nuit du 7 au 8 septembre 2017, Sammy et une amie sont rentrées en voiture dans une rambarde sur l'autoroute entre Saint-Pétersbourg et Vyborg. Dans l’accident, Sammy a perdu sa jambe droite.

>>> «Je m’appelle Sacha, je n’ai pas de gros intestin, ce qui fait de moi la cible des haters»

« Nous avons attendu l'ambulance pendant très longtemps. Je n'oublierai jamais comment ma vie coulait hors de moi, comment ils resserraient le garrot pour arrêter le sang. Je ne sentais pas mon corps et j'ai essayé de ne pas mourir, parce que je ne voulais pas. C'était douloureux et vraiment effrayant », écrit la jeune femme sur son blog.

Outre l’amputation de la jambe, le corps tout entier de Sammy était brisé. Elle a subi cinq opérations, dont une a duré dix heures. Après l'accident, Sammy est restée dans le coma pendant six jours.

Sammy s’est tournée vers des psychologues et des psychothérapeutes afin de surmonter l'amputation. Cependant, la jeune femme affirme qu'elle est devenue « son propre médecin dans cette affaire ». « Certains m'écrivent encore : "Tiens bon !" mais je n'ai plus besoin de ça depuis longtemps. Je sais qu’on vit avec, qu’on peut être heureux même sans tous ses membres », a-t-elle déclaré citée par Sobaka.ru.

Un an après l'accident, Sammy a décidé d'acheter une prothèse. Elle a été principalement achetée grâce aux dons d’amis proches, le reste de l’argent ayant été collecté auprès de parents et à d’abonnés de son compte Instagram.

Le coût de la prothèse était d'environ 4 millions de roubles (61 000 dollars).

Deux mois après l'annonce de la levée de fonds, Sammy a publié sa première photo avec sa prothèse.

La jeune femme a continué à participer à des shootings et à écrire son blog, où elle a commencé à parler du destin d'autres personnes ayant survécu à l'amputation.

L'objectif principal de Sammy est de faire évoluer les mentalités à l'égard des personnes handicapées.

« Je ne veux pas qu’on ne voie en moi qu'une personne handicapée. Il faut que les gens commencent à comprendre : être différent ne veut pas dire "mauvais" ou "effrayante. Cette xénophobie ralentit notre société, les gens ont peur de tout. Rien ne me limite : moins de six mois se sont écoulés et je suis assise avec vous dans un café du centre-ville », a-t-elle déclaré à Sobaka. 

Le nombre d’abonnés de Sammy sur Instagram depuis l'accident est passé de 15 000 à 168 000.

Sammy est sur le point de publier un livre et une bande dessinée basée sur son histoire.

« Ce qui est important à savoir : la bande dessinée est sur l’avenir, sur mon avenir. Avec de nombreux personnages (y compris de vrais amis), une intrigue originale et de très beaux et uniques dessins dans le style "fantastique de la nouvelle époque". Le livre racontera mon histoire. Certains ont déjà lu des choses sur le blog, mais ils en découvriront d’autres qu’ils ne savaient pas auparavant », écrit-elle sur le réseau social.

Dans cet autre article, retrouvez l’inspirante histoire d’un jeune Russe ayant perdu ses jambes mais continuant à mordre la vie à pleines dents.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies