À la découverte des abris antiatomiques construits sous l’URSS

Dmitry Solodiakin
L'Union soviétique a consacré des sommes considérables à la construction et à l'équipement de milliers d'abris antiatomiques. Ils contenaient toujours suffisamment de nourriture, d’eau, d’air pur et même d’armes légères pour combattre les groupes de débarquement ennemis potentiels.

Pendant la guerre froide, les Soviétiques et les Américains étaient persuadés que des bombes nucléaires pourraient tomber sur leur tête et détruire leurs maisons et leurs villes. Il n’est donc pas surprenant que les abris antiatomiques se soient multipliés dans les deux pays.

Si, aux États-Unis, de nombreux abris antiatomiques ont été construits par des particuliers dans leur cour, il n’existait pas de versions individuelles en Union soviétique. Tous les abris antiatomiques soviétiques étaient conçus, construits et équipés par l'État.

La plupart des abris antiatomiques ont été construits dans les sous-sols des bâtiments, les plus importants et les plus grands étant situés dans les usines et les administrations municipales.

Il est difficile de dire combien d'abris antiatomiques chaque ville soviétique possédait. Statistiquement, une ville moyenne de 200 000 habitants comptait 70 à 100 abris. Moscou ou Leningrad (Saint-Pétersbourg) en avaient dix fois plus. En outre, les stations de métro des deux capitales étaient également considérées comme des abris parfaits.

Les abris peuvent accueillir de 100 à 1 000 personnes. Il est difficile de les décrire comme des lieux spacieux pour une vie confortable. Si une guerre nucléaire avait éclaté, les gens auraient été forcés de vivre dans des conditions spartiates, plusieurs personnes dormant sur un lit de bunker.

Cependant, même un modeste abri antiatomique soviétique était équipé d'un système de refroidissement avancé et de différents filtres de protection contre les armes chimiques et biologiques, les poussières de rayonnement et la fumée. L'État ne lésinait pas sur les moyens pour financer cet équipement plutôt coûteux.

La fourniture de nourriture et d'eau et le bon fonctionnement des filtres étaient prévus pour trois jours. Après cette période, les premières conséquences négatives d'un bombardement nucléaire seraient passées et les gens auraient pu quitter l'abri et être évacués de la zone de danger.

Chaque abri contenait un réservoir d'eau propre et un groupe électrogène diesel, voire deux. Dans certains refuges particulièrement perfectionnés, on pouvait trouver un réfrigérateur.

Certains abris stockaient même des armes légères pour lutter contre d'éventuels débarquements ennemis. Cependant, ce n’était pas une pratique courante.

Bien qu'après la guerre froide, la plupart des abris aient été transformés en entrepôts, beaucoup ont été conservés et fonctionnent encore aujourd'hui comme bunkers.

Dans cette vidéo, nous vous présentons les armes protégeant de nos jours la capitale russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies