Instagrand-mère russe: «Il y a plein de blogueurs, mais vous en connaissez des comme moi?»

Olga Kipriatnova
Olga Kiprianovna tourne des vidéos Vine, trolle les jeunes femmes et fait le grand écart.

« Je suis au top depuis 1952 », a déclaré la blogueuse Olga Kipriatnova. Elle a lancé sa page sur Instagram il y a deux ans à peine, et compte aujourd'hui plus de 235 000 abonnés.

Olga teste les images de blogueurs populaires, participe à tous les défis Instagram et tourne des Vines - de courtes vidéos amusantes sur les relations et les situations embarrassantes de la vie.

Son fils aide à résoudre les problèmes d'organisation tandis qu’un opérateur, un scénariste et un éditeur travaillent à la création des vidéos.

« Je ne sais pas si mon blog serait si populaire si j'étais plus jeune, déclare Olga. Il y a plein de blogueurs, mais vous en connaissez des comme moi ? »

Olga est née en 1952 dans la ville fermée de Severodvinsk, dans la région d’Arkhangelsk, et a travaillé toute sa vie comme dentiste. Et quand elle a pris sa retraite il y a six ans, elle a décidé de tout changer et a déménagé après son fils à Saint-Pétersbourg, où il étudiait.

Au début, elle vivait simplement et se trouvait de nouveaux loisirs : elle a acheté une caméra, rencontré de nouvelles personnes, a même trouvé une agence de mannequins et a défilé sur le podium lors d'un défilé de mode pour la première fois de sa vie. « J'avais soif de nouvelles impressions, explique Olga. Au final, tout m'a amenée à créer mon propre blog ».

« Prendre sa retraite ne peut être ennuyeux ! », assure Kiprianovna, qui démontre une forme physique incroyable. Vous avez vu ce grand écart ?

« Si vous venez me rendre visite et me demandez de faire le grand écart, je le ferai facilement sans préparation », déclare Olga.

Elle fait du sport depuis son enfance : elle a essayé le volley-ball, la gymnastique et le patin - tout l’intéressait. En été, Kiprianovna fait du vélo et en hiver, du ski de fond. Mais elle a abandonné le ski de piste - elle dit qu’elle n’a plus l'âge où on prend des risques. Bien qu’elle confie se sentir comme si elle avait trente ans, et qu’il est très facile pour elle de communiquer avec les jeunes.

« Ils me disent: "Qu’est-ce que tu fabriques, assieds-toi et tricote tes chaussettes". Mais je ne veux pas ! Olga traite également la chirurgie esthétique et diverses astuces cosmétiques avec ironie : Je peux me faire un lifting, mais en quoi serai-je différente des autres? Je suis moi ».

Pour réussir, il faut beaucoup travailler, explique Olga. Et ne faites que ce que vous aimez. « En URSS, nous avons beaucoup réfléchi à ce que les autres diraient. Il faut vivre comme tu veux, sans regarder les autres ! » 

Pourquoi la babouchka russe est-elle le seul coach de vie qu’il vous faut ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies