En Sibérie, un courageux sportif relève le défi de courir 50 kilomètres par -60°

yakutia.info
Oïmiakon, village de la République de Sakha (Iakoutie), est considéré comme le Pôle du froid mondial, puisqu’il est le point de peuplement connaissant les plus basses températures du globe. Pourtant, ces conditions extrêmes n’ont pas effrayé un coureur moldave, qui est en effet venu y établir un record sportif pour la bonne cause.

Loin d’être découragé par le glacial et redoutable hiver sibérien, le 14 janvier, le Moldave Dmitri Volochine, président de l’organisation publique sportive Sporter, a couru pas moins de 50 kilomètres par -60° dans les environs du village iakoute d’Oïmiakon, point de peuplement le plus froid du monde, rapporte la presse locale.

Cet audacieux défi, il l’a relevé dans le cadre du projet à but caritatif Unfrozen, afin d’attirer l’attention sur Eva Pismeniouk et sa maladie, cette fillette de 4 ans et résidente de Chisinau, la capitale moldave, souffrant d’infirmité motrice cérébrale. Dmitri est ainsi devenu le premier sportif à courir sans assistance sur une telle distance et par des températures aussi basses, atteignant un ressenti de -67°.

« Ça a été l’épreuve la plus difficile dans ma carrière sportive. C’est comme une sortie dans le cosmos, un gel terrible et un manque d’air. Aucun équipement ne peut te protéger d’un tel froid. Ici, mon expérience d’apnée en plongée libre m’a été utile », a-t-il confié après les six heures de course.

À noter qu’il ne s’agit pas du premier exploit de Dmitri, puisqu’il avait auparavant d’ores et déjà pris part au North Pole Marathon, sur la banquise de l’océan Arctique, ou encore au Marathon des Sables, dans le sud du Maroc.

Fait intéressant, le 5 janvier à Oïmiakon, s’est également tenue une course internationale par -48°, et aucun des 16 concurrents n’était parvenu à achever l’entièreté du parcours long de 42 kilomètres.

Dans cet autre article, découvrez le portrait de ce Russe qui traverse les vastes étendues de Russie en courant, du Baïkal à la Kalmoukie, en passant par Sakhaline.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies