Le Cirque du Soleil dans la tourmente lors d'une réunion avec Poutine

Iliya Pitalev/Sputnik
Le Cirque du Soleil canadien a été entraîné dans une joute autour du soutien accordé par l’État russe aux arts.

Le directeur d’un cirque de Moscou, Edgard Zapachny, s’est plaint auprès du président Vladimir Poutine du projet de l’homme d’affaires russe Mikhaïl Goutseriev et du Cirque du Soleil de créer un lieu permanent pour le cirque canadien en Russie. Goutseriev et le Cirque du Soleil nient avec véhémence cette affirmation.

«Mauvais, inacceptable»

Les projets du Cirque du Soleil en Russie sont devenus un sujet brûlant lors d’une récente session du Conseil présidentiel pour la culture et l’art qui a évoqué la politique de l’État russe en matière de culture. « Goutseriev a annoncé l'ouverture à Skolkovo d'un lieu de spectacle permanent pour le cirque canadien, a déclaré Zapachny, directeur du Grand cirque de Moscou. Je pense que c’est mauvais, inacceptable. Personne ne s'oppose à ce qu'ils viennent ici pour une tournée - ils le font depuis plus de dix ans – toutefois, cela affectera non seulement les cirques russes, mais également le sport russe dans son ensemble ». Zapachny a également reproché à ses collègues canadiens d'avoir cherché à « braconner » des employés talentueux et d’« établir leur école ici ».

Zapachny a lancé ses critiques après s'être plaint du projet de suppression des subventions publiques allouées aux cirques russes, affirmant que cette décision aurait des conséquences graves pour les cirques provinciaux russes en particulier. De son côté, le Cirque du Soleil serait le bénéficiaire des investissements de Goutseriev, a-t-il ajouté. Goutseriev est un entrepreneur russe coté par Forbes qui a fait fortune dans le secteur pétrolier et l'immobilier et détient également d'importantes participations dans un certain nombre de grands magasins de vente au détail russes.

La position de Poutine

Poutine a semblé soutenir Zapachny en déclarant : « C’est une lutte pour le marché (...) Ouvrir les portes comme ça, je ne sais pas (...) mais je suis plutôt de votre côté. Donner aux gens la possibilité de voir [un show étranger] est une chose, mais leur permettre de se développer sur notre sol (...) c’est une tout autre histoire. Ma position est très proche de la vôtre. Nous allons étudier spécifiquement ce cas ».

Poutine a comparé les propos de Zapachny à un discours prononcé au cours de la même session par le réalisateur primé Andreï Kontchalovski, qui a salué les efforts déployés par certains pays comme la France et la Chine pour défendre leurs marchés du cinéma local.

«Fantasmes absurdes et malades»

La compagnie de Goutseriev, SAFMAR, et le cirque canadien n'ont pas tardé à réagir. Le premier a failli verser dans l’invective. Les points de vue de Zapachny ont été qualifiés de « fantasmes absurdes et malades ». « Nous n’avons jamais investi et nous n’investirons pas dans le développement du cirque canadien (…) Nous n'avons jamais eu l'intention de construire un site permanent ou une école du Cirque du Soleil ». La déclaration ajoute que Zapachny a désinformé le président et le public.

SAFMAR dit qu'il est en train de construire une salle de 8 500 places, mais qu’elle n'est pas exclusivement conçue pour le cirque canadien. Le Cirque du Soleil compterait parmi ses utilisateurs et devrait louer la salle en 2020 pendant six semaines, a annoncé la compagnie. SAFMAR prévoit d’organiser 270 spectacles par an avec un mélange d’artistes étrangers et locaux.

Réponse du Kremlin

Le Cirque du Soleil a déclaré dans un communiqué que le cirque se produisait en Russie depuis 10 ans et que le nouveau lieu ne leur était pas exclusivement destiné. Ils admettent que, lors de la conception du nouveau lieu, ils ont présenté des recommandations techniques, car ils seront l'un des principaux locataires du site (ce sont ces recommandations et le statut de locataire clé qui, selon Zapachny, prouvent que la nouvelle scène est construite pour les artistes canadiens). Le Cirque du Soleil affirme également que seuls un quart de leurs artistes sont russophones et nient les allégations selon lesquelles ils « braconneraient » des talents russes.

Le secrétaire de presse de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a par la suite publié une déclaration appuyant M. Zapachny sur la question du soutien accordé par l'Etat aux cirques russes, tout en fixant des limites très claires : « Créer des "conditions de serre" absolues pour notre cirque et limiter le travail d'autres troupes de cirque voulant visiter notre pays serait probablement erroné », a-t-il déclaré. Peskov a ajouté que ce n’était pas au Kremlin d’influencer les décisions d’investissement. Pendant ce temps, les avocats ont été saisis, Goutseriev s'étant déclaré prêt à recourir à la justice concernant sa dispute avec Zapachny.

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies