Nouveaux éléments d’enquête sur la mort d’un haut cadre belge à Moscou

Sergei Fadeichev/TASS

L’enquête sur le décès du Belge Bruno Charles De Cooman, haut dirigeant du groupe métallurgique russe NLMK, ayant effectué hier une chute fatale dans le centre de Moscou, suit son cours, rapporte le site d’information Lenta.ru.

Son appartement, au huitième étage du 2, rue Serafimovitch, où il vivait seul, sa famille résidant à l’étranger, n'a présenté aucun signe de violence, cependant une lettre d’adieux y aurait été retrouvée, permettant de privilégier la thèse du suicide. À noter qu'aucune trace de consommation récente d’alcool n'a été décelée lors de l'autopsie, souligne la radio Govorit Moskva.

Lire aussi : Un haut cadre belge fait une chute mortelle à Moscou

D’après le chauffeur de De Cooman, celui-ci lui avait demandé juste avant le drame de l’attendre en bas du bâtiment le temps qu’il monte quelques instants chez lui, précise de son côté la radio Ekho Moskvy.

Rappelons que le corps de ce dirigeant et scientifique travaillant chez NLMK, plus grand combinat sidérurgique du pays, depuis l’été 2017, a été retrouvé par un passant mercredi après-midi au pied de l’immeuble en question. Arrivés sur place, les médecins ont constaté son décès.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies