Un soldat russe réduit en cendres un véhicule militaire à 500 000$ en voulant cuisiner

Dmitry Vinogradov/Sputnik

Une vidéo apparue ce mois-ci sur YouTube montre un soldat russe quelque peu sous le choc. On le voit converser nerveusement avec un groupe d’hommes, probablement ses supérieurs, dont les visages ne sont pas visibles. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses interlocuteurs ne semblent pas très contents, et cela se comprend.

En effet, le conscrit, nommé Semyon Merejnikov, venait tout juste de mettre le feu à un véhicule blindé de transport de troupes après avoir tenté de réchauffer quelques conserves alimentaires. Tout ne se serait donc de toute évidence pas passé comme prévu.

Le début de leur dialogue est le suivant (traduit depuis un russe particulièrement grossier) :

- Maintenant regarde-moi, ** ! Comment est-ce que c’est arrivé ** ? Parle **!

- J’essayais de réchauffer de la nourriture …

- Où est-ce que t’essayais de la réchauffer ** ?

- Ici … J’ai juste tenté de brûler un peu d’herbe.

Lire aussi : Ivre, un Russe vole un véhicule blindé, percute une vitrine et dérobe une bouteille de vin

Hors champ, on peut entendre plusieurs personnes hurler, et les insultes pleuvoir. Cela n’arrange cependant pas la situation : le véhicule, d’une valeur de 500 000 dollars, est en proie aux flammes en arrière-plan. Cela a ainsi certainement été le repas le plus cher de toute la vie de ce fameux Merejnikov.

La vidéo vient juste d’être mise en ligne, mais l’incident s’est en réalité produit en mai 2017. En septembre dernier, un tribunal militaire a condamné le jeu homme à passer six mois au sein d’un bataillon disciplinaire. La prochaine fois qu’il apercevra une boîte d’allumettes, il y réfléchira assurément à deux fois avant d’en craquer une.

Heureusement, tous les soldats russes ne font pas preuve d’autant de maladresse. Pour vous le garantir, Russia Beyond a participé à une formation des forces spéciales, un témoignage à découvrir absolument !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer