La future rencontre Poutine-Macron vue par la presse russe

Reuters
La première rencontre entre les présidents russe et français, prévue pour fin mai, s’est retrouvée sous les projecteurs de plusieurs médias russes. Selon ces derniers, la politique d’Emmanuel Macron diffèrera grandement de celle de son prédécesseur François Hollande, et Vladimir Poutine accorde un certain crédit de confiance au nouveau président français.

Le premier tête-à-tête est prévu le 29 mai. Crédit : ReutersLe premier tête-à-tête est prévu le 29 mai. Crédit : Reuters

Le Kremlin et l’Élysée ont confirmé lundi dernier que les présidents russe et français, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, se rencontreraient le 29 mai à Versailles. Les deux hommes assisteront à l’inauguration d’une exposition consacrée au tricentenaire du voyage du tsar russe Pierre le Grand en France et auront des négociations qui seront l’occasion d’évoquer tant les problèmes que connaissent les relations bilatérales que l’ordre du jour international, notamment la lutte antiterroriste et la situation en Syrie et en Ukraine. RBTH propose une sélection d’articles de la presse russe au sujet de la prochaine visite.

Fiançailles à Versailles (RBC)

Emmanuel Macron, vivement critiqué pendant la campagne électorale en tant qu’« héritier de François Hollande », joue sur les contrastes : si sous François Hollande la visite de Vladimir Poutine à Paris pour l’inauguration du Centre culturel et spirituel orthodoxe russe avait été annulée, Emmanuel Macron a invité le leader russe à une manifestation du même genre, écrit le journal RBC dans sa version en ligne en citant Arnaud Dubien, directeur de l’Observatoire franco-russe (Moscou). Vladimir Poutine sera l’un des premiers leaders étrangers reçus par le nouveau président français après son investiture, rappelle le journal.

Cette rencontre doit aider Emmanuel Macron à sélectionner les dossiers sur lesquels les deux pays peuvent s’entendre et à évaluer le potentiel des négociations qui s’ouvre devant Paris et Moscou. En outre, les deux présidents verront à cette occasion s’ils peuvent instaurer une bonne entente personnelle, a indiqué à RBC Igor Bounine, président du Centre des politiques publiques. Les relations entre Vladimir Poutine et François Hollande se sont retrouvées dans une impasse et aujourd’hui, il est vital tant pour Moscou que pour Paris de les remettre à zéro, a-t-il fait remarquer. « Les rapports de la Russie avec Emmanuel Macron n’étaient pas au beau fixe pendant sa campagne électorale, mais le nouveau président se comporte en homme rationnel et se concentre non sur les émotions, mais sur la politique réelle », a-t-il souligné.

La visite de Vladimir Poutine à Versailles, la première en Europe occidentale pour le président russe depuis octobre 2016, est l’occasion pour le journal de dresser un parallèle avec les démarches politiques de Pierre le Grand, qui a ouvert la Russie à l’Europe et qui a instauré l’axe européen de développement de la Russie.

La rencontre de Paris indispensable à la Russie et à la France (Vzgliad)

Emmanuel Macron était pour la Russie l’un des leaders les moins sympathiques de la campagne présidentielle française, rappelle le journal Vzgliad. « Emmanuel Macron était un candidat atlantiste, l’unique des principaux prétendants à la présidence qui ne faisait pas de l’amélioration des relations franco-russes l’une des priorités de son programme », constate l’article. Pour autant, si les relations avec Berlin, Bruxelles, Londres et Washington sont prioritaires pour Emmanuel Macron, cela ne signifie pas qu’il a l’intention de négliger les rapports avec Moscou, note l’observateur du journal.

Pour Vladimir Poutine, cette visite revêt un caractère purement formel : il veut faire connaissance avec Emmanuel Macron, car il aura affaire à lui pendant les cinq prochaines années, affirme le journaliste. Selon lui, Moscou est prêt à un dialogue de travail normal et accorde un certain crédit de confiance au nouveau leader : ainsi, Vladimir Poutine a laissé entendre que les rapports des deux pays pourraient être meilleurs que sous François Hollande et même que sous Nicolas Sarkozy.

Pour Emmanuel Macron, les relations avec Vladimir Poutine sont importantes afin de manifester son indépendance et de démentir son image d’homme politique sans principes, indique le journal.

« Il ne peut pas être la continuation de François Hollande, c’est-à-dire d’un président qui ne défendait pas la souveraineté française, sinon dans cinq ans la victoire reviendra forcément à Marine Le Pen. Il devra mettre en avant les slogans relatifs au renforcement du pouvoir national, ce qu’il fait déjà. Même chose pour la politique étrangère : Emmanuel Macron s’orientera vers une plus grande indépendance de la France », affirme l’observateur de Vzgliad.

Il estime également que les négociations de Versailles pourraient servir de « couverture » à une autre entrevue importante, celle-ci entre Vladimir Poutine et le président américain Donald Trump, actuellement en tournée dans les pays du Proche-Orient et d’Europe. Si les présidents russe et américain se rencontrent, le rendez-vous de Paris passera pour un simple « alibi », indique-t-il.

Lire aussi : 

La victoire de Macron vue par la presse russe

Le nouveau premier ministre français sous l’œil des experts russes

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.