Haut-Karabakh : un subtil arbitrage pour Moscou

Dans la zone de conflit, le 3 avril 2016.

Dans la zone de conflit, le 3 avril 2016.

Assatour Essaïants/ Ria Novosti
C’est un rôle délicat qui incombe à la Russie dans le conflit persistant du Caucase : maintenir des relations amicales avec les deux parties et les réunir à la table des négociations.

L’escalade militaire dans la région contestée du Haut-Karabakh, enclave majoritairement arménienne de l’ancienne République soviétique d’Azerbaïdjan, a pris par surprise la Russie comme l’Occident début avril. Des affrontements ont opposé les deux armées jusqu’à ce que l’Arménie et l’Azerbaïdjan signent, avec l’aide de médiateurs, un accord de cessez-le-feu. L’escalade a pu être stoppée, mais les prodromes demeurent inchangés, faute de perspective d’un règlement politique.

Compétition entre les médiateurs

Co-présidé par les États-Unis, la France et la Russie, le groupe de Minsk sur le Haut-Karabakh au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), est chargé de trouver une issue à ce conflit gelé depuis plus de 20 ans. Mais Alexeï Fenenko, professeur associé à la faculté de politique mondiale de l’Université d’État de Moscou, juge comme d’autres experts que le format « a cessé d’être efficace ». Pour lui, les conciliateurs sont dans une impasse depuis 2010, chaque partie cherchant à résoudre le conflit en dehors des autres participants au processus de paix.

Pour Sergueï Markedonov, professeur associé à l’Université d’État des sciences humaines de Russie, l’escalade résulte autant de l’intransigeance des deux républiques du Caucase que d’un manque de rigueur diplomatique dans la recherche d’une solution. Ce qui n’a pas été sans conséquence sur l’image du Groupe de Minsk, qui avait « la réputation d’être uni et bien coordonné », jusqu’à ce que chaque pays médiateur cherche à jouer un rôle prépondérant.

Quel enjeu pour la Russie ?

Aujourd’hui, personne ne semble avoir intérêt à exacerber les tensions dans le Haut-Karabakh – ni les deux parties au conflit, ni les membres du Groupe de Minsk, en particulier la Russie. Après tout, l’Arménie comme l’Azerbaïdjan demeurent des partenaires stratégiques pour Moscou, ainsi que d’importants clients du complexe militaro-industriel russe.

Jusqu’à une période récente, le Kremlin visait ce que M. Fenenko qualifie de « partenariat équilibré » : « conserver une relation collaborative avec l’Arménie » et « un partenariat stratégique avec l’Azerbaïdjan ». Il reste que l’Azerbaïdjan est un proche allié politique de la Turquie. Or, les relations entre Moscou et Ankara se sont fortement détériorées suite à la destruction d’un avion russe par la chasse turque en novembre 2015. Ces tensions ont contribué à fragiliser l’équilibre entre Erevan et Bakou. La Turquie ne cache pas son soutien politique à l’Azerbaïdjan, surtout dans le contexte de la récente flambée qui a vu le président Erdogan prédire que le Haut-Karabakh reviendrait bientôt à son « propriétaire initial ». Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a alors accusé Ankara d’attiser les tensions dans la région. Cela étant, M. Markedonov note que si la Turquie entend minimiser l’influence de Moscou en Azerbaïdjan, elle se soucie aujourd’hui de gérer des problèmes autrement plus urgents.

La Russie, dont l’influence actuelle dans la région est indéniable, pourrait saisir l’occasion qui lui est offerte de jouer un plus grand rôle dans l’apaisement des tensions, ce qui serait bien accueilli tant à Bakou qu’à Erevan, mais pourrait de nouveau mettre en lumière les rivalités cachées au sein du Groupe de Minsk. Depuis la récente escalade militaire dans le Haut-Karabakh, Moscou intensifie ses efforts pour éviter que la crise ne devienne incontrôlable. Peu après les affrontements, les autorités russes, notamment le président Vladimir Poutine et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, ont organisé des entretiens téléphoniques avec leurs homologues à Erevan comme à Bakou, ce qui a apparemment contribué à l’accord de cessez-le-feu signé à Moscou.

M. Medvedev s’est ensuite rendu dans les deux capitales pour relancer l’approche diplomatique. M. Lavrov a pour sa part rencontré ses homologues iranien et azéri le 7 avril pour discuter de la feuille de route permettant de sortir de l’impasse et prévenir de nouvelles escalades. Encourageants, ces efforts doivent « impliquer les dirigeants de la république du Haut-Karabakh, qui ont été écartés depuis la fin des années 1990 », indique Hovhannes Nikoghosyan, chargé de cours à l’Université américaine d’Arménie. « La relance du processus passe par deux éléments déterminants : de meilleurs mécanismes d’enquête sur les incidents et une surveillance sans faille du cessez-le-feu sous les auspices de l’OSCE », écrit-t-il dans une tribune pour Russia Direct, ajoutant que pour redevenir crédible, ce processus doit être accompagné d’engagements juridiques durables portant sur le non-recours de la force, compte tenu du passé sanglant des années 1988–1994.

Terrain minu00e9

Datant des annu00e9es 1980, le bras de fer dans le Haut-Karabakh prend ses racines dans la frustration des Armu00e9niens vivant dans cette enclave sous contru00f4le azu00e9ri et aspirant u00e0 une nru00e9unification avec Erevan. Apru00e8s lu2019effondrement de lu2019Union soviu00e9tique, les tensions ont explosu00e9 et donnu00e9 lieu u00e0 une violente guerre interethnique qui a duru00e9 trois ans, prenant fin avec la signature de lu2019accord de cessez-le-feu de 1994.nOfficiellement, lu2019affrontement militaire direct nu2019a impliquu00e9 que lu2019Azerbau00efdjan et la ru00e9publique auto-nproclamu00e9e du Haut-Karabakh. De son cu00f4tu00e9, Erevan soutient lu2019aspiration de cette derniu00e8re u00e0 lu2019indu00e9pendance. La capitale armu00e9nienne ne reconnau00eet pas formellement le Haut-Karabakh en tant quu2019u00c9tat indu00e9pendant, u00e9vitant ainsi du2019entraver les nu00e9gociations de paix du Groupe de Minsk, qui comprend la Russie, les u00c9tats-Unis et la France. Lancu00e9es dans le cadre de lu2019OSCE en 1992, ces nu00e9gociations ont permis de tracer en 2007 une feuille de route devant conduire u00e0 un ru00e8glement politique.n

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.