Moscou réintègrera-t-il le G8 ?

Le président russe Vladimir Poutine (à dr. en arrière) et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (à g. en arrière) lors d'une rencontre avec le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier au Kremlin de Moscou.

Le président russe Vladimir Poutine (à dr. en arrière) et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (à g. en arrière) lors d'une rencontre avec le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier au Kremlin de Moscou.

Reuters
Le sommet des pays du G7 prévu pour le mois de mai se tiendra encore une fois sans la Russie. Toutefois, les déclarations sur son éventuel retour au sein du « club » se font entendre de plus en plus fort. Le chef de la diplomatie allemande a cité les conditions appropriées, tandis que RBTH a demandé aux experts si ce retour intéressait vraiment Moscou.

La Russie revient en force à l’ordre du jour des rencontres des pays membres du G7. A la veille du sommet prévu au mois de mai, le débat sur le retour de la Russie au sein de ce format a été relancé par le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

Evoquant le règlement des conflits internationaux, il a affirmé dimanche dans une interview à l’agence DPA : « Si nous voulons avoir des solutions, nous avons besoin de la Russie ». Il a également cité les conditions de cette réintégration. Premièrement, Moscou doit redoubler d’efforts pour parvenir à un règlement politique de la crise en Ukraine et, deuxièmement, jouer un rôle constructif dans l’instauration de la paix en Syrie.

De nombreux experts ont affirmé que la Russie réintègrerait le G7 un an et demi ou deux après son exclusion. Mais y est-elle réellement réinvitée ? Frank-Walter Steinmeier représente le SPD (Parti social-démocrate) dont nombre de responsables, à commencer par l’ex-chancelier Gerhard Schröder, ont historiquement une attitude assez positive envers Moscou, a déclaré à RBTH Leonid Goussev, du Centre analytique de l’Institut des relations internationales.

En outre, le SPD n’est pas actuellement au pouvoir, il forme un tandem avec l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et l’Union chrétienne-sociale (CSU). « Ainsi, ce n’est sans doute pas une position unie de l’Allemagne. La décision finale dépendra de Mme Merkel et du gouvernement. Telle est la situation rien qu’en ce qui concerne l’Allemagne », a-t-il fait remarquer.

Néanmoins, certains disent que ce n’est pas fortuit, et qu’il s’agit d’un signal logique et opportun envoyé à la Russie.

Débloquer les domaines de coopération

Outre l’Allemagne, le « club » regroupe les Etats-Unis, la France, l’Italie, le Canada, la Grande-Bretagne et le Japon. La Russie s’en est retirée en 2014 dans le contexte de la crise ukrainienne et de l’intégration de la Crimée dans son sein, interrompant le fil de sa présence de plusieurs années au sein du format.

Aujourd’hui, l’Allemagne n’est pas la seule à pouvoir soutenir son retour. « Presque tous les pays du G7 voient la coopération avec la Russie comme quelque chose d’important. La situation est peut-être un peu plus compliquée pour les Etats-Unis qui se trouvent en fin du mandat du président Barack Obama et pour qui l’avenir est encore flou. D’où l’absence de tout souhait de faire une démarche symbolique prochainement », a indiqué pour sa part Sergueï Outkine, chef du département d’études stratégiques et d’analyse situationnelle de l’Académie russe des sciences. Les pays les plus enclins à se rapprocher de la Russie sont l’Italie et la France, a-t-il souligné.

Toutefois, personne ne fera aujourd’hui de démarche hâtive, car cela ne servirait à rien, constatent les interlocuteurs de RBTH. En effet, il est indispensable d’enregistrer des progrès palpables sur l’axe qui a provoqué l’exclusion de la Russie : la situation en Ukraine. Certains experts russes lient leurs espoirs à un nouveau cabinet ukrainien motivé à faire disparaître « le point douloureux » que constitue le conflit dans le sud-est du pays.

Qui plus est, il convient de constater une aspiration à réintégrer la Russie dans différents formats de négociations avec l’Occident. « Il est actuellement question de tenir une réunion d’ambassadeurs de la Russie et de l’Otan », a poursuivi Sergueï Outkine, rappelant que cette coopération avait été également gelée en 2014. « Il est clair que cette rencontre ne pourra déboucher sur aucune percée, mais la tendance au déblocage des aires de négociations est évidente », a-t-il noté.

« Courir, c’est pas notre truc »

Pour ce qui est de la Russie, difficile de prévoir son comportement si une invitation à revenir au sein du « club » lui est formulée. Il existe plusieurs possibilités.

« Désormais, c’est l’Europe qui doit nous convaincre que nous avons besoin du G8, a déclaré à RBTH Roman Khoudiakov, membre de la commission des affaires internationales de la Douma (chambre basse du parlement russe). Les sanctions décrétées contre la Russie nous ont appris à réfléchir à l’avenir. Nous avons placé notre pays dans une situation de dépendance envers l’Europe. Ce qui veut dire que nous allons étudier la situation et créer éventuellement nos propres formats ».

Toutefois, une telle perspective est peu plausible, estime Leonid Goussev. La Russie a été pendant assez longtemps membre du « club » et n’a jamais « tiré son épingle du jeu ». Qui plus est, la question de la crédibilité demeure, malgré toutes les rumeurs sur la fin du G7/G8. De ce fait, « personne ne va courir après » Moscou. « Courir, ce n’est pas notre truc », renchérit Sergueï Outkine.

Mais il est clair aujourd’hui qu’il faut préserver un format plus exclusif. Avant même l’apparition du problème russo-ukrainien, certains affirmaient que le G20 tendait à évincer le G8, car il compte parmi ses membres la Chine avec la deuxième économie du monde, l’Inde et d’autres marchés importants. Or, pour le moment, chacun des formats « a ses propres spécialisations ». « Le G20 ne s’occupe pratiquement pas des questions de sécurité internationale, laissant la main au G8 », a expliqué Sergueï Outkine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.