Comment les Syriens perçoivent-ils la présence des militaires russes ?

Reuters
Suite aux premières frappes de l’armée de l’air russe, un nombre important de Syriens espèrent que le soutien russe permettrait d’éliminer les terroristes. Toutefois, certains craignent que l’intervention russe n’aggrave la crise ,en prolongeant ainsi le conflit. RBTH publie les avis des habitants de Lattaquié, ville portuaire de l’ouest du pays située proche de la base russe.

Les discussions sur la présence militaire russe à Lattaquié ont commencé il y a plusieurs semaines, particulièrement suite à la publication des images satellites. Ces nouvelles ont suscité l’intérêt des Syriens, mais les avis sont partagés. Par ailleurs, l’intervention russe a suscité quelques espoirs d’une résolution rapide du conflit à la faveur du régime chez les uns, et de l’arrêt de la guerre et de la conservation de l’État syrien, chez d’autres. Et puis, il y a ceux qui croient que l’intervention russe pourrait aggraver le conflit.

Minos Asaad, ingénieur 

Je suis pour la présence militaire russe en Syrie, que je considère légitime, car elle répond à la demande d’un gouvernement légitime. Je salue les Russes, car la Russie a toujours été un ami du peuple syrien et de l’État syrien. Nous avons une histoire et de beaux souvenirs de la Russie dans tous les domaines culturels et sociaux.

La Russie n’est pas un élément étranger pour notre société. La présence russe empêchera l’intervention d’autres pays sous le prétexte de combattre le terrorisme et aidera l’armée syrienne à affronter les terroristes. L’objectif commun pour les troupes russes et syriennes est d’en finir avec les terroristes et d’arrêter la propagation de l’extrémisme, soutenu par différents pays.

Jamal Ibrahim, professeur de biologie

Malgré l’important soutien politique que la Russie apporte au gouvernement syrien tout au long de la crise, je ne peux être optimiste quant à l’intervention russe. Je ne pense pas que la Russie puisse agir sans l’avis des États-Unis, j’ai vu un message d’information qui montrait la volonté de la Russie de présenter le plan d’action des troupes russes sur le territoire syrien aux Etats-Unis. Or, nous savons que les Etats-Unis soutiennent des groupes terroristes dans notre pays, ainsi je pense que tout cela pourrait prolonger ce conflit meurtrier.

Malak Saleh, femme au foyer

Je pense que l’intervention de la Russie est un peu tardive. Nous avons besoin de plus qu’un simple soutien politique pour combattre ceux qui prétendent incarner « l’opposition syrienne ». Le terrorisme en Syrie est organisé et planifié et, malgré les lourdes pertes subies par l’armée syrienne, celle-ci est parvenue à résister. Je ressens un soulagement et j’aime le bruit des avions russes qui survolent notre ville.

Khalid Mohammad, juriste

En tant que citoyen syrien, je veux que la Syrie reste un État uni, démocratique et laïc. J’espère que l’intervention russe servira l’avenir de l’État syrien et permettra aux Syriens de se débarrasser de la dictature militaire et de l’islam politique. En conséquence, j’espère que la Russie inclura le Front al-Nosra dans la liste de ses cibles, car Moscou le classe parmi les organisations terroristes. Nous savons que cette organisation appartient à Al-Qaïda et obéit aux ordres de ses dirigeants.

Je pense que la menace pesant sur l’avenir de l’État syrien ne se limite pas à l’État islamique. La Russie combattra-t-elle ces organisations au même titre que l’EI ou rechignera-t-elle à le faire si les Etats-Unis ne sont pas d’accord ? Les opérations russes en Syrie répondront à cette question.

Un officier de l’armée syrienne

Un officier stationné sur la ligne du front a répondu au correspondant de RBTH par téléphone : les Russes étaient notre allié politique avant la crise, et bien avant cela. La différence, aujourd’hui, est que les militaires russes sont présents sur le sol syrien. Cette présence militaire russe nous apporte un soutien moral, surtout compte tenu des armes russes modernes qui influeront, bien entendu, sur le cours des événements. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.