La vidéo de l’exécution des « espions russes » pourrait être un faux

Source : capture d'écran

Source : capture d'écran

Le groupe djihadiste État islamique (EI) a diffusé une vidéo montrant l’exécution de deux hommes présentés comme étant des espions à la solde du FSB, arrivés en Syrie en mission. Les experts estiment que cette vidéo a pu être montée de toutes pièces pour servir à des fins de propagande.

Une vidéo diffusée sur le web mardi présente l’exécution de deux hommes parlant russe par des islamistes. D’une durée de sept minutes, elle a été réalisée par Al-Hayat, média de l’État islamique.

L’exécution est précédée d’un interrogatoire : les deux hommes expliquent avoir été envoyés par le FSB pour s’infiltrer dans les rangs des islamistes syriens et collecter des informations sur les membres russophones de l’EI.

Les deux hommes citent leurs noms : l’un dit venir du Kazakhstan et s’appeler Janbolat Mamaev (38 ans) et l’autre se présente comme Sergueï Achimov (30 ans).

Les services de renseignements russes ne font aucun commentaire sur le sujet. Le ministère des Affaires étrangères ne confirme pas les informations sur une exécution.

Les experts questionnés par Kommersant estiment qu’il pourrait s’agir d’une vidéo de propagande. Un responsable de la police judiciaire et un expert criminaliste qui ont vu la vidéo ont remarqué plusieurs incohérences.

Premièrement, les accusés, bien que musulmans, n’ont pas prié avant la mort. Deuxièmement, après les coups de feu, l’un des hommes tombe non pas en avant, mais sur le côté et comme sur l’ordre de quelqu’un. Or, le tir du pistolet Glock de calibre 9 mm est très puissant.

La distance entre l’arme et « l’agent du FSB » ne faisant pas plus d’un mètre, la balle devait transpercer la victime de part en part et la faire saigner abondamment. Ce qui n’est pas le cas. Aucune plaie nest visible sur les têtes des victimes.

Fait étrange : l’opérateur ne cherche même pas à rendre plausible la scène de l’exécution en filmant les tués sous différents angles ou en montrant des blessures réelles. C’était peut-être un tir à blanc. Et quand l’adolescent tirait le coup de grâce, le caméraman se trouvait sur la ligne de feu et pouvait ainsi facilement être atteint par les tirs.

« Ce pourrait être une vidéo de propagande, a déclaré à Kommersant Magnus Ranstorp, expert suédois en terrorisme islamique. Si c’est une mise en scène, elle pourrait viser deux objectifs : être soit un avertissement aux services de renseignements russes et à ceux qui coopèrent avec eux, soit une démonstration du potentiel des jeunes terroristes qualifiés de « lionceaux du califat ».

Un ancien balayeur

Entre-temps, selon l’enquête menée par Kommersant, les deux hommes de la vidéo ont cité leurs vrais noms. D’après les données trouvées sur les réseaux sociaux et les informations fournies par les connaissances de Sergueï Achimov, ce dernier est né le 30 mars 1984 à Karaganda (Kazakhstan).

Resté sans parents, il a été élevé dans un orphelinat. Il a suivi des cours pour devenir chauffeur mécanicien. Fin 2000, il a déménagé à Kazan et a acquis la citoyenneté russe. Il voulait entrer à l’Université de Moscou, a pensé à faire carrière dans le cinéma ou à s’inscrire à l’École supérieure du FSB.

Mais il est devenu balayeur, avant de quitter le métier un an plus tard pour se lancer comme entrepreneur individuel dans le commerce de parfums. Il a fermé sa société un an plus tard pour devenir chauffeur. Sergueï Achimov s’est souvent plaint d’avoir des dettes.

Il se qualifiait de « Russe converti à l’islam » et demandait de l’appeler Abdullah. En 2010, il a effectué un petit Pèlerinage (Omra) à La Mecque et l’année suivante, le Hajj. Ses camarades affirment que Sergueï Achimov était un musulman aux pratiques religieuses modérées.

La femme de Sergueï Achimov, Lylia, n’a pas répondu à la demande du journal. L’un de ses amis a annoncé pour sa part que l’homme avait disparu il y a environ un an et que son épouse ne savait rien sur le lieu où il se trouvait.

Janbolat Mamaev (qui se nommait Seyfullah dans les réseaux sociaux) habitait avant son départ pour la Syrie à Merke (Kazakhstan). Il a fait ses études au lycée N48 d’Oytal. Il est père de deux ou trois enfants et est marié à une certaine Amina.

Personne n’a pu connaître la profession qu’il exerçait. Les services de renseignements du Kazakhstan ne font eux non plus aucun commentaire au sujet de la vidéo.

Source : Kommersant.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.