L’État islamique prévient Poutine : Nous nous dirigeons vers la Russie

Crédit photo : Reuters

Crédit photo : Reuters

Les membres de l'État islamique, le groupe d’extrémistes qui sème actuellement la terreur en Irak et en Syrie, a mis en ligne une vidéo dans laquelle il menace le président Vladimir Poutine d’entrer en guerre contre la Russie dans la région agitée du Caucase du Nord.

Message pour Poutine

La vidéo diffusée par Al Arabiya et filmée, probablement, dans l’aéroport de la province syrienne de Raqqa, occupé par les islamistes, montre un combattant de l'État islamique installé à bord d’un avion militaire qui déclare : « C'est un message pour toi, Vladimir Poutine ! Ces avions que tu as envoyés à Bachar (al-Assad), nous les renverrons chez toi. Prends-en note ! ».

La voix d’un locuteur russe figure également dans la vidéo, celui-ci décrit les avions dont se sont emparés les combattants de l'État islamique. « C’est une technologie russe », dit-il.

L'État islamique a ouvertement déclaré la guerre aux États-Unis et a démontré ses intentions en décapitant deux journalistes américains en deux semaines. C’est la première fois que les membres du groupe raillent le président russe personnellement.

« Si Allah le veut, nous libérerons la Tchétchénie et tout le Caucase ! L'État islamique est ici et restera ici, et il se répandra avec la grâce d’Allah ! », annonce le combattant dans la vidéo, publiée sur YouTube et sous-titrée en russe.

S’adressant à M.Poutine en personne, le combattant ajoute : « Ton trône a déjà été ébranlé, il est menacé et il tombera quand nous arriverons (en Russie)… Nous sommes déjà en route, avec l’aide d’Allah ! ».

La Syrie et l’ascension de l’EI

L'État islamique est gêné par le soutien que la Russie accorde au régime syrien au cours de la guerre civile qui sévit dans le pays depuis mars 2011. Dans une autre vidéo, les combattants radicaux s’engagent à faire tomber Assad qu’ils qualifient de « porc ».

Le conflit syrien a poussé l'État islamique sous le feu des projecteurs : le nombre estimé de combattants dans le pays s’élève à 50 000 personnes, selon l’Observatoire syrien pour les Droits de l’homme.

En juin, les membres du groupe ont pris le contrôle de plusieurs villes irakiennes. Le nombre de combattants de l'État islamique y est estimé à 30 000 personnes.

Bien qu'aucun lien n'ait été démontré entre les militants du turbulent Caucase du Nord en Russie et l'État islamique, le Service fédéral de sécurité de Russie a estimé que plusieurs centaines d'habitants du Caucase du Nord sont partis combattre en Syrie aux côtés des islamistes.

Dans une vidéo publiée récemment, les membres de l'État islamique déclarent partager l’objectif du groupe armé russe de l'Emirat du Caucase — une évolution qui doit certainement alarmer les experts russes qui avaient mis le pays en garde concernant les combattants radicalisés revenant de Syrie sur le sol russe.

Réaction de Grozny

Mercredi dernier, le numéro un tchétchène Ramzan Kadyrov, a publié sur Instagram la première réaction officielle russe à la menace de l'État islamique, la qualifiant de « puérile ».

Dans le message, publié à côté d’une photo fortement retouchée où il pose vêtu d’un T-shirt arborant le visage de Vladimir Poutine, M.Kadyrov annonce que les combattants de l'État islamique « ne font que répéter ce que leurs maîtres dans les services de sécurité occidentaux leur disent ».

« Ces crétins n’ont rien à voir avec l’islam. Ce sont des ennemis éhontés des musulmans du monde entier. Ces naïfs ont décidé de menacer la Tchétchénie et la Russie entière avec deux avions. Même s’ils avaient 2 000 avions, ils ne parviendraient pas à atteindre la Russie », écrit Kadyrov.

« Je déclare solennellement que quiconque se met en tête de menacer la Russie et prononcer le nom de Vladimir Poutine sera anéanti dès qu’il le dit », écrit-il, puis ajoute : « Nous n’attendrons même pas qu’il soit installé aux commandes d’un avion »

Mardi dernier, avant la diffusion de la vidéo, le ministre russe des Affaires étrangères avait condamné les « crimes horribles » du groupe dans un communiqué officiel, appelant la Chine et les pays occidentaux à unir leurs forces pour mettre fin au règne de la terreur du groupe.

Le ministère russe de la Défense a expédié plusieurs hélicoptères de combat à Bagdad lundi dernier afin d’aider l’armée iraquienne à combattre l'État islamique. Début juillet, il avait également fourni cinq avions de combat Su-24 au pays.

Source : The Moscow Times

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #djihadistes


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.