Le futur ambassadeur américain en Russie joue l’apaisement

Crédit photo : GettyImages / Fotobank

Crédit photo : GettyImages / Fotobank

Le Comité des Affaires étrangères du Sénat américain a approuvé à l’unanimité la candidature de John Tefft au poste de représentant spécial des Etats-Unis en Russie. Le diplomate a expliqué que Washington doit donner à Vladimir Poutine une chance « de trouver une issue à la situation [politique, ndlr] actuelle ».

Besoin de compréhension mutuelle

Le futur ambassadeur a déclaré que Washington devra « poursuivre le dialogue avec nos interlocuteurs russes, veiller à ce que les responsables et les citoyens russes comprennent la politique, les valeurs et les intérêts américains ».

Par ailleurs, il faut comprendre « ce que pensent les Russes, quels sont leurs objectifs et pourquoi ils prennent de telles positions, même si nous les trouvons inacceptables ».

Il a souligné que les deux pays partagent une histoire longue et compliquée.

« Nous avons été alliés et ennemis, nous avons collaboré et combattu. Mais la communication permanente avec la Russie, son peuple et son gouvernement est toujours restée une constante», a déclaré le futur représentant des Etats-Unis en Russie.

Il estime que les Etats-Unis ne doivent pas relâcher la pression, mais doivent dans le même temps permettre au président Poutine de « trouver une issue ».

Tefft a rajouté que « les Etats-Unis souhaitent collaborer avec la Russie dans les domaines tels que la non-prolifération nucléaire, la lutte contre le terrorisme et le trafic de stupéfiants ».

Avis des experts russes

Alexandre Konovalov,  directeur l’Institut des évaluations stratégiques, estime que le nouvel ambassadeur montre sa compréhension des réalités russes et du caractère du président.

« Poutine n’aime pas reculer, l’ambassadeur comprend qu’il est risqué de le mettre au pied du mur, car il est capable d’apporter une réponse forte »,  explique l’expert.

Il estime que la coopération pourrait se développer dans les domaines où la Russie et les Etats-Unis partagent des intérêts communs et parviennent à aller de l’avant.

« L’objectif de Tefft aujourd’hui est de continuer à mettre la pression sur la Russie et d’empêcher que la menace de la guerre en Europe augmente. Il devra aider Poutine à trouver une issue à la situation actuelle, dans laquelle la Russie n’a pas d’alliés, tout le monde étant contre elle », explique Konovalov.

Le directeur général du Conseil russe des Affaires étrangères Andreï Kortounov estime qu’il n’est pas prudent de s’attendre à un véritable tournant dans relations avec la Russie de la part du nouveau représentant américain, car le vecteur du développement est déterminé par la Maison Blanche et le président, plutôt que par l’ambassadeur.

L’expert a précisé que Tefft ne devrait pas faire d’erreurs importantes, mais serait prudent, afin d’éviter de réveiller des soupçons et des doutes au sein du gouvernement russe.

« Je crois qu’actuellement, la question principale est de savoir quelle sera la marge de manœuvre du nouvel ambassadeur : pourra-t-il communiquer avec un cercle large de responsables, fonctionnaires et personnalités publiques russes ? », explique l’expert.

« Si le cercle social de Tefft est limité, je crains que les possibilités de dialogue sur le développement des relations bilatérales ne le soient également ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.