« La Russie est un ami du peuple palestinien »

L'ambassadeur de l'État de Palestine en Russie Faed Mustapha. Crédit : Itar-Tass

L'ambassadeur de l'État de Palestine en Russie Faed Mustapha. Crédit : Itar-Tass

L'ambassadeur de l'État de Palestine en Russie Faed Mustapha évoque la situation à Gaza et la participation de Moscou aux efforts de maintien de la paix.

RBTH : Du point de vue des Palestiniens, qui pourrait être responsable de l’enlèvement des adolescents israéliens utilisé pour justifier les opérations militaires à Gaza ?

Faed Mustapha : Nous avons interrogé toutes les factions palestiniennes. Personne n’a revendiqué la responsabilité de cet enlèvement. 

Nous avons exprimé notre volonté de coopérer avec Israël et leur avons demandé de nous présenter les preuves de l’implication du Hamas, mais n’avons rien obtenu.

Le gouvernement israélien déclare, depuis le début, que le Hamas se cache derrière cet enlèvement sans attendre la fin de l’enquête. Cela prouve que tout cela avait été préparé par les Israéliens afin d’utiliser l’enlèvement comme prétexte afin de mener des opérations punitives contre le peuple palestinien.

Que peut faire la Russie dans cette situation compliquée à Gaza ? Qu’attendez-vous de sa part ?

F.M.: Reconnaître que les opérations israéliennes contre le peuple palestinien sont un crime de guerre dans toute la force de ce terme, au vu du nombre de victimes et de blessés.

Historiquement, la Russie est un ami du peuple palestinien. Nous apprécions son soutien et tout ce qu’elle a fait pour le peuple palestinien. Nous apprécions également ses appels à trouver une issue à ce conflit à travers le droit international et les résolutions internationales.

La Russie a défini sa position et a exigé qu’Israël mette fin aux violences contre le peuple palestinien. Le Russie soutient toutes les propositions avancées auprès du Conseil de sécurité. La Russie a soutenu la proposition de convoquer une session du Conseil des droits de l’homme afin de condamner l’agression israélienne et d’étudier les crimes commis par Israël contre le peuple palestinien.

Nous sommes en contact permanent avec nos amis en Russie, avec le ministère des Affaires étrangères et d’autres institutions officielles russes. Actuellement, l’envoyé spécial Sergueï Verchinine est en déplacement dans la région, il a été chargé d’organiser des réunions avec les parties au conflit et de chercher les possibilités d’instaurer un cessez-le-feu, pour que la Russie puisse joindre ses efforts à ceux des autres pays.

Qu’attendez-vous de la communauté internationale ?

F.M.: Nous appelons la communauté internationale à poursuivre les efforts de maintien de la paix à l’issue de l’agression actuelle. La communauté internationale ne doit pas se relâcher après le cessez-le-feu, car c’est l’occupation israélienne qui est à l’origine du conflit dans la région. Si l’occupation israélienne ne s’arrête pas, les vagues de violences iront croissant. La situation pourra se calmer pendant un mois ou deux, mais elle explosera à nouveau, surtout compte tenu du fait que la situation à Gaza comme en Cisjordanie est extrêmement difficile.

Certains reprochent à la Russie son attitude prudente vis-à-vis de la situation à Gaza. Qu’en pensez-vous ?

F.M.: Nous sommes conscients que la Russie a d’autres préoccupations liées à la crise en Ukraine. Cette crise jette une ombre sur les relations russo-européennes et russo-américaines. Mais bien que la diplomatie russe soit impliquée dans toutes ces questions, le représentant du ministère russe des Affaires étrangères est actuellement dans la région. Pour moi, cela témoigne du souhait de la Russie de voir les violences cesser au plus vite. La Russie a de nouveau montré que les événements du Printemps arabe ne doivent pas nous faire oublier le principal problème du Proche-Orient – le problème palestinien. 

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.