Journalistes russes assassinés : l'implication de la pilote ukrainienne Savtchenko prouvée

La pilote affirme avoir été arrêtée par les insurgés dans l’oblast de Lougansk au lendemain de la mort des journalistes, alors qu’elle aidait à évacuer des militaires ukrainiens blessés. Crédit : AP

La pilote affirme avoir été arrêtée par les insurgés dans l’oblast de Lougansk au lendemain de la mort des journalistes, alors qu’elle aidait à évacuer des militaires ukrainiens blessés. Crédit : AP

La justice russe a des preuves de l'implication de la pilote d’hélicoptère ukrainienne Nadejda Savtchenko dans la mort de deux journalistes russes de la chaîne de télévision nationale Rossiya-24, a déclaré Alexandre Drimanov, directeur du département d’enquêtes pour les crimes liés à l’utilisation de moyens interdits et de méthodes de guerre. La pilote ukrainienne a été arrêtée par les insurgés le 18 juin, au lendemain du décès des correspondants.

« Nous supposons que Savtchenko a communiqué par téléphone aux tireurs d’artillerie la localisation des journalistes et des réfugiés qui se trouvaient à proximité. Sa culpabilité est confirmée, notamment par l’étude des appels réalisés depuis son téléphone portable confisqué lors de sa mise en détention en Russie », a déclaré Drimanov dans un entretien avec le quotidien russe Kommersant.

Il a précisé que la pilote avait en sa possession une carte quadrillée de la région visée par les tirs. Il a annoncé que le Comité d’enquête russe s’apprête également à mettre Sergueï Melnitchouk, le commandant du bataillon ukrainien Aïdar qui combat dans le sud-est de l’Ukraine, en accusation par contumace pour complicité dans le meurtre des journalistes russes.

« Nous avons également établi que ce sont bien ses subordonnés qui ont procédé aux tirs de mortier qui ont provoqué la mort des journalistes de VGTRK Anton Volochine et Igor Korneliouk », a rajouté le responsable.

Le président ukrainien Petro Porochenko s’est engagé à faire tout son possible pour obtenir la libération de la pilote ukrainienne détenue dans l’oblast de Voronej, à la frontière russo-ukrainienne.

« Nadejda Savtchenko est un exemple pour beaucoup d’hommes. Je fais tout mon possible pour obtenir sa libération », a écrit Porochenko sur son compte Twitter.

Première interview

Cette semaine, Nadejda Savtchenko a donné sa première interview depuis son arrestation et sa mise en détention. Elle a assuré à la chaîne de télévision Life News que les insurgés du sud-est ne pouvaient pas avoir abattu le Boeing 777 malaisien.

« Parmi les insurgés, il y a des combattants qui sont vraiment bons, mais ils ne pouvaient pas abattre cet avion. Tout le monde dit maintenant qu’il a été abattu par le système Bouk, mais un seul système de lancement, même s’ils en ont un, ne suffit pas à abattre un avion à 10 000 mètres d’altitude », a-t-elle déclaré dans son entretien.

Elle a précisé que pour abattre une cible à une telle hauteur, il faut disposer d’un système de guidage manipulé par une personne formée. « Celui-ci aurait dû rejoindre les insurgés et parvenir à ne pas perdre son habileté. Il aurait dû réaliser des tirs réguliers, s’entraîner, sans quoi il est impossible d’atteindre une telle cible », a souligné l’accusée.

La pilote ukrainienne a indiqué qu’il faut mettre fin aux combats dans le pays au plus vite. « Je pense qu’il est temps d’arrêter tout cela et de rentrer chacun chez soi. Il faudrait retirer les troupes ukrainiennes du Donbass. Ces gens n’ont toujours pas renoncé, ils croient vraiment avoir raison et ne renonceront plus », a déclaré Savtchenko.

La version de la détenue

La pilote affirme avoir été arrêtée par les insurgés dans l’oblast de Lougansk au lendemain de la mort des journalistes, alors qu’elle aidait à évacuer des militaires ukrainiens blessés.

« Je cherchais les blessés. Deux de nos blindés ont été détruits à côté du village Metallist, je suis partie les chercher. Je ne sais pas combien ils étaient exactement, j'en ai vu quatre. J’ai demandé qu’une voiture vienne les chercher et là, j’ai été arrêtée », raconte Savtchenko, citée par le quotidien russe Komsomolskaïa Pravda. La pilote ne cache pas avoir participé aux combats dans le sud-est après avoir rejoint volontairement le bataillon Aïdar. Toutefois, elle nie sa culpabilité dans le meurtre des journalistes.

Le sort de la pilote ukrainienne a été rendu public le 19 juin, lorsqu’une vidéo de son interrogatoire a été publiée sur YouTube. La jeune femme est menottée, des inconnus essaient notamment de lui faire avouer le nombre et la localisation des troupes ukrainiennes, mais Savtchenko refuse de répondre.

Rappelons que Savtchenko, âgée 31 ans, est diplômée de l’école militaire de l’Armée ukrainienne. Elle a servi au sein du contingent ukrainien de maintien de la paix en Irak, puis a achevé en 2009 l’Université de l’Armée de l’air Ivan Kojedoub à Kharkov. La jeune femme sert dans l’Armée ukrainienne, sa spécialité militaire est « opérateur de guidage » pour l’hélicoptère Mi-24.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.