La presse russe du 16 juin sur les événements en Ukraine

Le 14 juin, l’ambassade de Russie à Kiev a subi une attaque. Crédit : Reuters

Le 14 juin, l’ambassade de Russie à Kiev a subi une attaque. Crédit : Reuters

RBTH continue à publier la revue de la presse russe sur la situation en Ukraine.

Kommersant

Le quotidien Kommersant informe ses lecteurs que la confrontation entre la Russie et l’Ukraine est entrée dans une nouvelle phase – l’ambassade de Russie à Kiev a subi une attaque. Moscou a exprimé sa colère face à cet incident,  écrit le quotidien, « le gouvernement est indigné par l’inaction des autorités ukrainiennes et le comportement du ministre ukrainien des Affaires étrangères Andrii Dechtchitsa ». Toutefois, Kommersant estime que cela ne conduira pas à la rupture des relations avec l’Ukraine, alors que des sanctions de la part de la Russie sont envisageables.

Le quotidien informe également que Moscou a été indigné par la réaction de l’Occident suite à cet incident. « Bien que les structures officielles de l’Union européenne et des Etats-Unis aient condamné l’agression, la proposition russe au Conseil de sécurité de l’ONU de publier une déclaration correspondante a été rejetée par les pays occidentaux – la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la France s’y sont opposés », explique le journal. Les experts de Kommersant estiment que le couplet injurieux chanté par le ministre ukrainien des Affaires étrangères Andreï Dechtchitsa « sera son chant du cygne », et qu’il sera limogé d’ici quelques semaines seulement. « C’est pour cela qu’il se permet de telles singeries qui nuisent à l’image du président Petro Porochenko et à son plan de paix », explique Kommersant. Le quotidien souligne qu’on « essaie ainsi de torpiller » le plan de paix du président Porochenko. L’expert du journal suggère que « l’action visait, éventuellement, à dévier l’attention des négociations infructueuses avec la Russie sur le gaz ».

kommersant.ru

Nezavissimaïa Gazeta

Nezavissimaïa Gazeta a publié un article intitulé Porochenko sous la menace d’un nouveau Maidan. En réponse au mécontentement grandissant de la population, qui a conduit au pogrom de l’ambassade russe à Kiev samedi dernier, Porochenko s’est engagé à « agir de façon décisive et cohérente », écrit le quotidien. Nezavissimaïa Gazeta rappelle que le tournant dans l’opinion publique est survenu samedi matin après la publication de l’information sur l’avion ukrainien Il-76 abattu lors de son atterrissage à l’aéroport de Lougansk, attaque tuant 49 militaires. L’Occident a fermement condamné l’action des combattants, alors que le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a déclaré que « le gouvernement ukrainien a l’obligation et la responsabilité de rétablir l’ordre à l’intérieur de ses frontières ». Selon Nezavissimaïa Gazeta, le public ukrainien a rappelé à Petro Porochenko la principale promesse de sa campagne électorale - rétablir rapidement l’ordre et la paix.

Toutefois, Nezavissimaïa Gazeta souligne que le président Porochenko est l’otage de la situation : il a promis de rapidement rétablir l’ordre, comptant sur les négociations de paix, mais s’est trouvé confronté à la position du parti de la guerre. Selon le quotidien, un groupe entier de responsables militaires ukrainiens veut, pour des raisons obscures, la poursuite des actions militaires. La société est également divisée en deux camps : les uns exigent le rétablissement pacifique de l’ordre, les autres militent farouchement pour le nettoyage du territoire, écrit Nezavissimaïa Gazeta. « Quelle que soit la décision de Porochenko, il est menacé d'un nouveau Maidan », conclut le quotidien. L’expert du journal suggère que le président ukrainien devra choisir l’une des deux directions suivantes : « soit donner la priorité à la relance économique, ce qui implique la négociation avec tous ceux qui peuvent influer sur la situation à l’est de l’Ukraine », soit écouter les militaires et tenter de se battre jusqu’à la victoire finale.

ng.ru

Vzgliad

Le quotidien Vzgliad informe que l’OTAN a l’intention de fournir à l’Ukraine une aide pour la réforme de son secteur de la défense. La déclaration du secrétaire général de l’alliance Anders Fogh Rasmussen confirme, une fois de plus, les craintes de la Russie au sujet de l’élargissement de l’infrastructure militaire de l’organisation à ses frontières, écrit le quotidien. En outre, Vzgliad informe ses lecteurs que l’OTAN prépare une série de mesures qui « permettront d’améliorer les capacités de défense de l’Ukraine ». Anders Fogh Rasmussen a également souligné que la collaboration avec Kiev aura « un caractère strictement pratique et permettra à l’Ukraine d’avoir accès, par exemple, aux entrainements militaires de l’OTAN », écrit Vzgliad. Les propos du secrétaire général de l’OTAN « confirment les craintes des combattants du Sud-Est de l’Ukraine » qui s’inquiétaient de la possible dégradation de la situation des partisans de la République populaire de Donetsk après l’inauguration du président, explique le quotidien.

Vzgliad rappelle que les promesses de soutien militaire avaient déjà été formulées par les pays occidentaux. Toutefois, les experts estiment que les Ukrainiens n’ont pas les moyens de payer les armes à l’heure actuelle.

L’expert du quotidien est convaincu que les forces de l’ordre ukrainiennes  ne peuvent s’attendre à aucune aide plus conséquente de la part des Etats-Unis. « Les Américains disent eux-mêmes qu’ils n’ont pas l’intention de fournir les armes à l’Ukraine. En outre, les Américains n’iront pas jusqu’au conflit ouvert avec la Russie », conclut Vzgliad.

vz.ru

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #Ukraine


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.