La presse russe du 9 juin sur les événements en Ukraine

Dans son discours, Porochenko a  présenté les priorités immédiates et a proposé un plan pour le règlement pacifique de la situation dans l’est du pays. Crédit : Nikolaï Lazorenko/RIA Novosti

Dans son discours, Porochenko a présenté les priorités immédiates et a proposé un plan pour le règlement pacifique de la situation dans l’est du pays. Crédit : Nikolaï Lazorenko/RIA Novosti

RBTH poursuit sa revue de la presse russe sur la situation en Ukraine.

Kommersant

Le quotidien Kommersant explique que Petro Porochenko, récemment élu président, a officiellement prêté serment au peuple ukrainien et a pris ses fonctions de chef de l’Etat. Dans son discours, Porochenko a  présenté les priorités immédiates et a proposé un plan pour le règlement pacifique de la situation dans l’est du pays. Kommersant indique que le président s’est engagé à lancer le dialogue avec le Donbass, tout en excluant toute possibilité de fédéralisation. En outre, Petro Porochenko a désigné l’ancien président Victor Ianoukovitch comme entièrement responsable des difficultés économiques dans la région, note le quotidien. Le président nouvellement élu a annoncé une amnistie pour tous ceux « dont les mains ne sont pas couvertes du sang des militaires et civils ukrainiens et qui ne sont pas impliqués dans le financement du terrorisme », et s’est également exprimé en faveur d'élections parlementaires anticipées en Ukraine qui devraient être organisées dans le Donbass également. A cet égard, il doit prochainement se rendre dans la région pour négocier avec les partisans pacifiques de la séparation des oblasts de Lougansk et de Donetsk, explique le quotidien. Le président ukrainien a également annoncé que « l’accord d’association et d’instauration d’une zone de libre-échange doit être prochainement signé avec l’UE », et espéré que le régime des visas avec l’Union européenne serait assoupli d’ici la fin de l’année.

kommersant.ru

Gazeta.ru

Gazeta.ru explique que l’inauguration de Petro Porochenko s’est déroulée sans grande pompe, et que Kiev a globalement apprécié son discours à la Rada (parlement). Selon le quotidien, de nombreux Ukrainiens affirment que de Porochenko est leur « dernier espoir » et espèrent qu’il parviendra à « calmer le Donbass, rétablir l’ordre et trouver un accord avec Poutine ». « Les habitants placent un grand espoir dans le nouveau chef de l’Etat qui leur a promis la paix dans le Donbass, un avenir européen et la lutte contre la corruption », explique Gazeta.ru. Cependant, note le quotidien, pendant le déroulement de la cérémonie, un véhicule portant une plaque de Lougansk a explosé devant le siège de la Commission électorale. Selon le quotidien, l'engin explosif était installé sous la voiture. La police a qualifié l’événement d’acte terroriste. L’expert de Gazeta.ru estime que le principal fait marquant de cette inauguration est l’absence du président ou du premier ministre russe, ce qui « montre clairement quel niveau diplomatique le Kremlin compte adopter dans son dialogue avec Porochenko ». « Si Kiev ne cesse pas d’amuser la galerie avec des déclarations anecdotiques sur son intention de récupérer la Crimée ou d'extorquer des milliards en indemnisation, les rencontres entre les président russe et ukrainien se dérouleront toujours lors de pauses dans les déjeuners diplomatiques quelque part en Normandie », conclut le quotidien.

gazeta.ru

Vzgliad

Le quotidien Vzgliad explique qu’à « la cérémonie (d'investiture de Petro Porochenko), la Russie était représentée par son ambassadeur », mais la délégation étrangère était impressionnante avec une vingtaine de présidents et premiers ministres. Les officiels étaient appelés à devenir les témoins de la reconnaissance de la légitimité du nouveau président, écrit le quotidien. L'investiture visait, en substance, les partenaires occidentaux – « la population était plutôt silencieuse ». Vgzliad explique qu’après la victoire de la « révolution orange » et l’élection de Viktor Iouchtchenko à la présidence ukrainienne, « les festivités du Maïdan à Kiev ont réuni un demi-million de personnes, alors que cette fois, la principale place ukrainienne était calme ». Dans son « discours d’intronisation », le chef de l’Etat a présenté le cours de sa future politique : aucune fédéralisation, aucun statut de langue nationale pour le russe, explique le quotidien. En outre, écrit le journal, Porochenko a promis une amnistie pour les membres de la contestation dans le Sud-est du pays, « non impliqués dans des crimes graves ». Le quotidien annonce qu’il est désormais clair que « l’opération spéciale » contre les combattants de Donbass, appelés « bandits » et « terroristes », sera poursuivie. Vzgliad rappelle qu’après la victoire de Porochenko aux élections présidentielles, l’opération antiterroriste a gagné en ampleur – les forces de l’ordre utilisent désormais l’artillerie lourde et l’aviation militaire. Vzgliad suggère que d’ici l’automne, nous devrions savoir si Porochenko est capable de diriger le pays « sans prêter l’oreille aux conseils de l’Occident, et s’il sera capable d’assurer la désescalade du conflit dans l’est du pays ».

vz.ru

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.