La Russie n'enverra pas les forces de maintien de la paix en Ukraine sans l'autorisation de l'ONU

Des barricades à Donetsk. Crédit : AP

Des barricades à Donetsk. Crédit : AP

Les autorités de Kiev pourraient faire appel aux mercenaires américains pour la répression des manifestations.

Les forces de maintien de la paix russes ne peuvent être envoyées dans la région de Donetsk en Ukraine sans la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, a annoncé Victor Ozerov, président de la commission Défense du Conseil de fédération (le sénat russe). En attendant, le ministère russe des Affaires étrangères a mis Kiev en garde sur l'utilisation de la force pour réprimer les manifestations dans les régions à l'Est de l'Ukraine. Le ministère des Affaires étrangères russe est particulièrement préoccupé par l'utilisation éventuelle de combattants d'une société militaire privée américaine.

A propos de l'appel de l'autoproclamé Conseil populaire de Donetsk d'envoyer un contingent de pacificateurs russes dans l'oblast de Donetsk, Ozerov a déclaré que la Russie n'a pas le droit d'envoyer des troupes sur le territoire d'un autre Etat unilatéralement, sans la résolution correspondante du Conseil de sécurité de l'ONU. Dans ce cas, la Russie, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité et signataire de l'accord de coopération et de sécurité en Europe, pourra participer au contingent de pacificateurs afin d'assurer la sécurité.

Il a remarqué qu'il « y a des précédents d'envoi de contingents de pacificateurs en Ossétie du Sud et en Abkhazie, mais cela a été fait dans le cadre de la CEI ».

Ozerov a rappelé que le Conseil de fédération, lors de sa réunion extraordinaire en mars, a autorisé le président russe à recourir aux forces armées en Ukraine. « Cela était dû à la situation en Crimée, mais nous avons agi dans le cadre des accords sur la Flotte de la mer Noire et n'avons fait que renforcer la protection de nos bases », a déclaré Ozerov.

A propos de la situation dans les régions Est de l'Ukraine, où des activistes pro-russes appellent à organiser un référendum sur la séparation des régions, Ozerov a indiqué : « influencer la situation de l'extérieur serait contreproductif ». Il a souligné que la Russie souhaite la stabilisation de la situation en Ukraine, toutefois l'opinion populaire doit être consultée et, selon Ozerov, un référendum est la façon la plus démocratique de faire cela.

Plus tard, dans son entretien avec RIA Novosti, le sénateur a ajouté qu'en cas d'effusion de sang ou de tentative de nettoyage ethnique dans l'Est de l'Ukraine, Moscou pourrait revoir sa position. « En cas de génocide contre le peuple russe, d'extermination de masse pour des raisons ethniques ou politique, de pertes humaines importantes, la Russie ne restera pas indifférente », a-t-il souligné.

Toutefois, le quotidien Kommersant annonce que ses sources au ministère de la Défense russe ont assuré : aucun ordre concernant des opérations de maintien de la paix n'a été reçu par le ministère.

Le ministère des Affaires étrangères russe a trouvé des mercenaires américains en Ukraine

Dans ce contexte, le ministère russe des Affaires étrangères a appelé les autorités à Kiev à cesser immédiatement tous les préparatifs militaires qui pourraient déclencher une guerre civile dans le pays. Cela est repris dans le communiqué publié sur la page officielle du ministère des Affaires étrangères sur le réseau social Facebook.

« Selon nos informations, des unités de troupes nationales et de la Garde nationale ukrainienne comportant des combattants du groupement illégal armé « Praviy Sector » se dirigent vers les régions du Sud-Est de l'Ukraine, notamment à Donetsk », annonce le communiqué.

« Nous sommes particulièrement préoccupés par la participation de quelque 150 spécialistes américains de l'organisation militaire privée Greystone, portant l'uniforme militaire de l'unité « Sokol », a souligné le ministère.

Ces derniers sont chargés de réprimer les manifestations des habitants du Sud-Est du pays contre la politique actuelle des autorités de Kiev.

« Les organisateurs et les participants de cette provocation sont responsables de la création de menaces aux droits, à la liberté et à la vie des citoyens ukrainiens et à la stabilité de l'Etat ukrainien », a averti le ministère des Affaires étrangères.

Le transfert des unités spéciales de police vers l'Est et le Sud de l'Ukraine depuis les autres régions du pays a été confirmé par le ministre des Affaires étrangères Arsen Avakov, nommé par la Rada.

« Ces unités spéciales sont prêtes à exécuter des tâches stratégiques sans égard aux nuances locales », cite ses paroles le service de presse du ministère. Avakov a exhorté « toutes les têtes chaudes à délaisser la critique et la panique et à aider la police à maîtriser la situation ».

Auparavant, le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, dans son entretien avec le ministre par intérim des Affaires étrangères ukrainien Andrei Detishcha, a appelé les autorités de Kiev à s'abstenir de l'utilisation de la force pour régler le conflit dans le pays.

Sources : Interfax, RIA Novosti, Itar-Tass

 

Quel avenir pour les régions du Sud-Est de l'Ukraine ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #Ukraine #Donetsk


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.