La Russie à nouveau au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Crédit photo : Reuters

Crédit photo : Reuters

Avec 176 voix sur 193, l’Assemblée générale de l’ONU a voté pour la participation de la Russie au Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH) pour la période allant de 2014 à 2017. Quatorze nouveaux pays membres ont été élus au CDH, dont la Chine, Cuba et l’Arabie saoudite

L’ambassadeur de la Fédération de Russie à l’ONU Vitali Tchourkine a déclaré que la Russie s’occuperait prioritairement du combat contre le racisme, la xénophobie et d’autres formes d’intolérance au Conseil des droits de l’homme, ainsi que de la défense des valeurs traditionnelles.

« Parmi les priorités thématiques, nous accorderons une attention plus particulière à la lutte contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et les actes d’intolérance qu’elle engendre. Nous souhaitons également, dans le cadre du CDH, nous charger d’autres questions importantes comme la prévention du trafic d’êtres humains, les droits de l’homme dans le monde des affaires, les valeurs traditionnelles, l’intégrité du système judiciaire, etc. », a indiqué le diplomate.

Selon Tchourkine, la Russie a, lors de son mandat précédent au sein du Conseil, « fait ses preuves en tant que partenaire fiable et responsable afin de promouvoir la défense des droits de l’homme »

« Nous élargissons constamment la participation aux accords internationaux relatifs aux droits de l’homme, tout en appliquant les procédures spéciales du CDH et le mécanisme de l’Examen périodique universel », a ajouté le représentant permanent de la Fédération de Russie.

Vitali Tchourkine a également indiqué que la Russie coopérait activement avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. Il a aussi rappelé que depuis 2006, la Russie apportait une contribution financière volontaire au budget du Haut-Commissariat qui s’élève à 2 millions de dollars (1,48 million d’euros) par an.

La Russie a fait partie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU depuis sa création en 2006 jusqu’en 2012. Comme l’a précisé Vitali Tchourkine, la Russie a été obligée de se retirer du Conseil pendant un an. 

« Il fallait respecter les règles de travail du CDH, qui interdisent à un État d’y siéger durant plus de deux mandats de trois ans d’affilée », a-t-il expliqué.

Déjà avant le vote, les élections au Conseil des droits de l’homme avaient fait l’objet de critiques de la part de certaines organisations internationales de défense des droits de l’homme.

Ainsi, les représentants de « Human Rights Watch » avaient déclaré que les candidatures de la Russie, de la Chine, de l’Arabie saoudite et de Cuba, qui figurent continuellement dans les listes des pays enfreignant les droits de l’homme, discréditaient la vision du Conseil.

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies évalue la situation dans ce domaine dans chacun de ses États membres. Cet organe intergouvernemental est composé de 47 États membres de l’ONU élus par l’Assemblée générale. Il a été créé en vertu de la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies datant du 15 mars 2006. Sa première réunion s’est tenue du 19 au 30 juin 2006.

Le Conseil est chargé de promouvoir le respect général et la protection de tous les droits de l’homme dans le monde entier, d’observer les situations de violations de ces droits, ainsi que de préparer des recommandations à ces fins. La discussion des questions et situations thématiques relatives aux droits de l’homme et exigeant son attention font également partie des compétences du Conseil.

Article basé sur les sources d’ITAR-TASS et de « Golos Rossii » (« La voix de la Russie »)

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies