Les rencontres de Strasbourg aux accents russes

Crédit photo : Lilia Safina

Crédit photo : Lilia Safina

Le centre de scouts de Heissenstein, un coin pittoresque situé à 40km au nord de Strasbourg et à 30 km de la frontière allemande, accueille le premier forum de jeunesse « Rencontres de Strasbourg, point sur la Russie ». 200 participants s'y sont rendus le 29 juillet : des jeunes hommes et femmes âgés de 20 à 29 ans, majoritairement des étudiants des principales universités de Moscou, Saint-Pétersbourg, Kaliningrad, Tomsk, Novossibirsk, etc. Une semaine durant, ils ont assisté aux séminaires, trainings et cours dispensés par des experts en relations internationales, business et éducation, et ont travaillé sur une série de projets culturels, entrepreneuriaux et sociaux.

« Le camp doit devenir un rendez-vous annuel pour tous ceux qui souhaitent réfléchir, écrire des articles, développer leurs capacités artistiques, combattre les stéréotypes, afin d'ensemble construire la Grande Europe », note Lara Kaute, présidente de l’Association des Jeunes pour une Grande Europe et principale organisatrice du Forum.

C'est elle, conjointement avec le vice-président de l'association Anders Lundsgaard Ebbesen et le coordinateur général Vasily Bykov, qui ont fondé l'Association il y a un peu moins d'un an.

« Votre enthousiasme nous a contaminés », a avoué l'Ambassadeur de Russie en France, M. Alexandre Orlov, aux organisateurs lors de la cérémonie d'ouverture du Forum.

« Je pense que l'importance du projet, un forum de jeunesse à Strasbourg, au cœur même de l'Europe, est une évidence. Lorsque les jeunes nous ont contactés afin de solliciter notre aide à l'organisation du forum, nous avons répondu présent. Nous avons soutenu les organisateurs en matière de logistique et de visas, car les jeunes sont venus de différents pays ».

La principale condition à la participation au concours a été la présentation d'un projet présentant un intérêt aussi bien pour les pays - membres du Conseil de l'Europe que pour la Russie.

Par exemple, l'entrepreneur moscovite et programmeur Pavel Raikov a proposé la création d'un site Web consacré à l'aide aux enfants atteints de maladies graves.

« Sur ce site, les enfants pourraient publier leurs dessins et ceux qui souhaitent aider les enfants, où qu'ils soient dans le monde, pourraient acheter ces dessins », explique son projet Pavel.

David Monastirsky, directeur de l'association internationale de l'Université d'Etat de gestion, a proposé de soutenir les jeunes talents et d'organiser un concours artistique international: « Pour ceux qui n'ont pas la possibilité de montrer leurs capacités d'art théâtral, de danse, de chant, nous organiserons un casting où ils pourront envoyer leurs présentations vidéo. Ensuite, nous organiserons un concert gala auquel seront conviés les principaux producteurs et sociétés d'enregistrement de son de toute l'Europe et qui aura lieu à Berlin. »

Une équipe d'entraîneurs volontaires de France, Serbie, Croatie, Bulgarie et des pays de la CEI ont aidé les participants à formuler leurs idées, construire les projets et les présenter correctement aux sponsors potentiels et aux investisseurs.

Apres leur matinée au Conseil de l'Europe, les jeunes ont visité la Cour européenne des droits de l'homme et se sont promenés dans les lieux historiques de Strasbourg.

Les participants russes ont, quant à eux, préparé une surprise sur l'une des places du centre de la ville - un flash-mob sur la musique des Buranovskie Babouchki Party for everybody.

Lors de la fermeture du forum, les experts et les participants ont sélectionné 4 projets vainqueurs, récompensés par une bourse de 5 000 Euros destinée à leur réalisation.

Selon les organisateurs, les projets serviront de plateforme pour l'organisation de futures « rencontres de Strasbourg », toujours à Heissenstein, avec encre plus de participants. Ce ne sera pas un « camp de toile » mais un « village de toile » où chaque pays pourra présenter sa culture.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.