Russie - Pays-Bas : Poutine donne le coup d'envoi de l'année croisée

La reine Beatrix et le président russe Vladimir Poutine inaugurent l'année croisée de la Russie et des Pays-Bas. Crédit : Reuters

La reine Beatrix et le président russe Vladimir Poutine inaugurent l'année croisée de la Russie et des Pays-Bas. Crédit : Reuters

La visite du président russe Vladimir Poutine aux Pays-Bas a eu lieu cette semaine au milieu de manifestations de masse. On aurait dit qu'Amsterdam était divisée en deux : d'un côté manifestaient les opposants à Poutine et les défenseurs du mariage homosexuel, selon lesquels les droits des minorités sexuelles sont violés en Russie. De l'autre, les sympathisants du président russe. Parmi eux, des Syriens remerciant Moscou pour son opposition à une ingérence militaire dans leurs affaires intérieures.

Toutefois, l'action de grande envergure n'a pas empêché Poutine de remplir l'un des objectifs principaux de sa visite : inaugurer avec la reine Beatrix l'année croisée de la Russie et des Pays-Bas.

Le coup d'envoi a été donné dans une filiale du Musée de l'Hermitage, L'Hermitage sur l'Amstel. Le programme de l'année croisée compte plus de 350 projets dans les domaines culturels et économiques : expositions d'icônes et de peintures des XIX et XXe siècles, spectacles du Théâtre Mariïnsky et de l'orchestre de chambre de Moscou, « Virtuoses de Moscou ».

« L'objectif essentiel de toute année croisée est de représenter de façon large l'interaction entre nos deux pays et nos peuples, dans toute sa diversité », a indiqué lors de la cérémonie le vice-premier ministre, et coprésident de la commission intergouvernementale de la Fédération de Russie et des Pays-Bas, Arkadi Dvorkovitch.

Dans le même temps, le directeur du Conseil pour la Stratégie nationale Valery Khomiakov a suggéré que les années croisées avec l'Union européenne avaient pour but de contribuer à l'assouplissement du régime des visas.

En outre, M. Poutine s'est entretenu lors de sa visite avec le premier ministre néerlandais Mark Rutte. Le thème clé des discussions était l'énergie.

La Russie fournit chaque année aux Pays-Bas plus de 4 milliards de mètres cubes de gaz naturel. Les exportations de pétrole et de produits pétroliers ont atteint  27,7 millions de tonnes l'année dernière. Avec la participation de ses partenaires néerlandais, la Russie réalise des grands projets tels que Sakhaline-2 et Nord Stream.

A l'issue des pourparlers entre MM. Poutine et Rutte, l'une des plus grandes compagnies pétrolières russes, Gazprom Neft, et la compagnie anglo-néerlandaise Royal Dutch Shell ont signé un mémorandum sur la production conjointe d'hydrocarbures dans le plateau continental arctique de la Russie et dans le plateau continental en eau profonde de l'Afrique du Sud. Les ministres qui accompagnaient M. Poutine ont signé avec leurs homologues néerlandais des mémorandums de coopération dans l'enseignement supérieur, la santé et la formation des cadres.

Au total, 15 documents de coopération dans divers domaines ont été signés.

Lors de la conférence de presse finale, les journalistes se sont principalement  intéressés aux questions relatives aux droits de l'homme en Russie. Les journalistes néerlandais ont demandé pourquoi la Fédération de Russie violait les droits des minorités sexuelles, ce à quoi M. Poutine a répondu : « En tant que président, il est de mon devoir de les protéger. Ils gravissent les échelons dans leur carrière, ils reçoivent des certificats de mérite et des récompenses s'ils les méritent ».

}

Selon Poutine, l'initiative visant à interdire la promotion de l'homosexualité émane des régions, et n'a pas été imposée par le gouvernement fédéral. Le président estime que l'autorisation des mariages homosexuels en Russie pourrait conduire à une vague d'indignation et même de violences dans les régions. 

« Je peux difficilement imaginer qu'on autorise en Tchétchénie le mariage homosexuel. Il y aurait des victimes », a déclaré M. Poutine. 

Les journalistes néerlandais n'ont pas manqué de rappeler les provocations des représentantes de Femen à Hanovre, en Allemagne, où le président russe se trouvait la veille. Lors de sa visite, une activiste à la poitrine dénudée a fendu la foule et couru jusqu'à Poutine, qui était en compagnie de la chancelière allemande Angela Merkel.

Commentant l'incident, M. Poutine a plaisanté en disant qu'il n'avait pas eu le temps de prendre le petit-déjeuner ce jour-là et qu'il aurait été plus heureux de voir non pas les « charmes » de la jeune femme, mais une saucisse.

« Je ne veux vexer personne, mais heureusement que les homosexuels ne se sont pas déshabillés », a-t-il ajouté.

Les homosexuels hollandais se sont rassemblés à Amsterdam pour manifester contre la visite de Vladimir Poutine aux Pays-Bas le 8 avril 2013. Crédit : Reuters

Le directeur général du Conseil pour la Stratégie nationale Valery Khomiakov estime que la visite de Poutine aux Pays-Bas était avant tout une affaire de réputation.

« Ce n'est un secret pour personne que les relations entre la Russie et l'Europe se sont détériorées après la loi sur les ONG. Les autorités russes ont activement procédé à l'inspection des fonds allemands et d'autres organisations non gouvernementales étrangères. Cela a, à son tour, provoqué le mécontentement en Europe. Ainsi, Poutine a décidé de montrer qu'il n'est pas un étranger en Europe, et qu'il est prêt à prendre en compte leur point de vue sur diverses questions », a commenté l'analyste pour La Russie d'aujourd'hui.

En ce qui concerne les droits des minorités sexuelles, le directeur de l'Institut d'études politiques Sergueï Markov estime pour sa part que M. Poutine a laissé entendre qu'il existait en Russie une attitude différente envers l'homosexualité que celle qui prévaut en Europe. 

« A Amsterdam, Poutine a clairement indiqué que de telles approches ne fonctionnaient pas et ne fonctionneraient jamais en Russie. La Russie ne va pas faire semblant d'affirmer que l'homosexualité est une norme, quelles que soient les affiches et les actions avec lesquelles notre délégation est accueillie », a dit l'analyste. 

En chiffres :

Les Pays-Bas ont multiplié par plus de 10 leurs investissements dans l'économie russe au cours des 10 dernières années. Le chiffre d'affaires bilatéral a augmenté en 2012 de 20%, à 82,7 milliards de dollars. Parmi les partenaires commerciaux étrangers de la Russie, les Pays-Bas occupent le premier rang en Europe et le deuxième au monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.