Le Mali invite la Russie à lui fournir hélicoptères et véhicules blindés

Les livraisons comprendraient les hélicoptères Mi-35 (sur la photo) et Mi-17. Crédit : Itar-Tass

Les livraisons comprendraient les hélicoptères Mi-35 (sur la photo) et Mi-17. Crédit : Itar-Tass

Le gouvernement malien et Rosoboronexport, la société d'Etat russe spécialisée en exportation d'armes, pourraient conclure un contrat de livraison d’hélicoptères de transport et de combat et de véhicules blindés, ainsi que d’armes légères et des munitions.

Une source à Rosoboronexport a rapporté que le gouvernement du Mali avait déjà envoyé une requête à Rosoboronexport concernant une livraison d’armes pour les besoins de son armée, qui, aux côtés des militaires français et d’autres pays africains, mènent une guerre contre les combattants islamistes dans le nord du pays.

Les livraisons comprendraient les hélicoptères Mi-35 et Mi-17, des avions de combat et des véhicules transport blindés BTR-80, des radars de défense aérienne, et la fourniture d’armes légères et de munitions, a indiqué la source.
Il y a également eu des demandes de réparations et de pièces de rechange pour l’équipement soviétique, tels que pour les tanks T-55 et PT-76, les véhicules blindés de transport et personnel BRDM-2, mais pour l’instant, la capacité de la Russie à réparer ce vieil équipement est limitée.

« La France n’empêchera probablement pas le réarmement de l’armée malienne avec du matériel russe », indique-t-on à Rosoboronexport, car « il est plus familier de l’armée malienne, ne comptant que 7000 hommes environ dans les armées de terre et 400 personnes dans les forces aériennes ».

D’autres demandes de pays africains voisins, de l’organisation régionale de la CEDEAO et du Tchad, concernant la fourniture d’armes pour envoyer leurs troupes au Mali n’ont pas été signalés, a indiqué l’interlocuteur du journal Vedomosti.
En outre, selon une source au ministère russe de la Défense, les avions de transport militaire An-124 de la 224è division du ministère de la Défense et de la compagnie aérienne Volga Dnepr ont accompli pas moins de 20 vols pour transporter la cargaison militaire de l’armée française au Mali.

Pour l’instant les avions russes An-124 ne volent pas au Mali, mais elles pourraient reprendre leurs vols en mai pour assurer le retrait des troupes françaises.

Auparavant, Rosoboronexport avait, au profit de l’entreprise russe d’armement Ijmach, conclu avec le ministère de la Défense et des Anciens combattants de la République du Mali, un contrat de livraison d’environ 3000 kalachnikov modernisées de calibre 7,62 mm, a indiqué à l’agence Interfax une source dans le complexe militaro-industriel.

Selon lui, le contrat a été signé en Septembre 2012, le volume des fournitures de la société Ijmach d’environ 3000 kalachnikov automatiques a été vendu pour une somme de plus d’un million de dollars.

Source : Vedomosti.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.