En images: immersion dans les ateliers des artisans russes au début du XXe siècle

Un garçon enroule des fils pour la fabrication de bandes de calicot. Gouvernorat de Riazan, village de Alekseïev, 1913.

Un garçon enroule des fils pour la fabrication de bandes de calicot. Gouvernorat de Riazan, village de Alekseïev, 1913.

Photographie d'archives
La Russie est célèbre pour ses artisans. Dans chaque région, il y a des villages entiers, dans lesquels des générations ont perfectionné leur artisanat unique. À une époque où le hand made a une valeur particulière, nous vous suggérons de jeter un coup d'œil à d’anciennes photos des maîtres russes.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'un des artisanats les plus populaires était la fabrication de cuillères en bois. D'ailleurs, elles ne servaient pas seulement de couverts, mais aussi d’instruments de musique. Sur la photo – des artisans de Nijni Novgorod, en 1897.
La ville de Pavlovo, dans la région de Nijni Novgorod, était célèbre pour ses maîtres du métal. Ils fabriquaient des serrures, des couteaux et des plateaux, comme sur cette photo des années 1900.
Dans les endroits où les terres étaient infructueuses, les paysans passaient de plus en plus de l'agriculture à l'artisanat, qui était tout simplement plus rentable et demandait moins d'efforts. Sur cette photo, des jeunes femmes de Zenigorod travaillent sur des machines à tricoter, en 1918.
Ces cordonniers travaillant dans la rue avec des matériaux et des outils simplifiés étaient appelés « cordonniers froids ». Cette expression s'appliquait aussi aux personnes qui n’étaient pas très douées pour le travail. Photo de Kimry, dans la région de Tver, années 1920.
Un cordonnier sérieux avec un atelier personnel ressemblait à cela (photo des années 1930).
Les plus privilégiés disposaient d’assistants. Trouver un emploi chez un artisan était une chance pour les enfants de familles pauvres, qui s’accrochaient alors du mieux qu’ils pouvaient à ce travail. 1930.

Lire aussi : Torjok, chez les brodeurs d’or des tsars et des Soviets

Un autre artisanat populaire était la fabrication de valenki, des bottes en feutre qui étaient des plus prisées lors des gelées russes. Sur la photo – la première étape, la préparation du feutre. 1930.
L'étape la plus importante est le « feutrage » des futures bottes. De cette façon, l'artisan pétrit l’ébauche, la prépare pour la forme et la texture futures.
L’étape finale est le façonnage à la pierre ponce.
Aucun bazar russe ne pourrait se passer de produits à abse d'écorce de bouleau ou de saule. Les plus célèbres de ces objets sont certainement les lapti, souliers d’écorce tressée, mais ils sont aujourd’hui peu utilisés, tandis que les paniers sont toujours très populaires. Années 30.
En URSS, de nombreux artisanats ont progressivement adopté un caractère industriel, et pourtant les artisans de certains villages ont subsisté encore longtemps. La photo montre un paysan qui fabrique des manteaux en peau de mouton pour l'armée soviétique, en 1941.

En suivant ce lien, retrouvez notre grand guide de l’artisanat russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies