Comment la mode du sexe et de la mort s’est emparée de l'avant-garde soviétique?

Alexander Saverkin/TASS
Les années postrévolutionnaires en Russie étaient une époque de suicides et de mode de l'amour libre. Le célèbre écrivain Dmitri Bykov a rédigé une anthologie baptisée Maroussia s’est empoisonnée: le sexe et la mort dans les années 1920 (publié par Elena Choubina, 2018), dans laquelle il explique la nature de la proximité entre le sexe et la mort à l'aide d'exemples d'œuvres de cette époque.

L’époque qui suit les grands bouleversements n’apporte généralement que déception et illusions perdues. De même, les années 1920 postrévolutionnaires, selon Dmitri Bykov, n'apportèrent ni genres nouveaux ni nouveaux héros, se résumant à récolter les fruits de l'âge d'argent russe dans la poésie et de l'avant-garde dans l'art. Après un communisme de guerre strict, l'ère de la détente économique a commencé - la NEP - et les gens se sont plongés dans la débauche.

« Dans le domaine du mariage et des relations sexuelles, une révolution approche, en accord avec la révolution prolétarienne », a rappelé le célèbre communiste allemande Clara Zetkin. Cependant, la triste vérité est que la révolution sexuelle s'est produite à la place de, et non avec la prolétarienne.

Lire aussi : Comment les féministes russes se sont battues pour leurs droits à travers l'histoire

Le mariage en URSS: fondement de la société ou satisfaction des instincts?

À l’époque révolutionnaire, les relations matrimoniales « apparaissaient en cours de route, au milieu des affaires, pour satisfaire un besoin purement biologique », a écrit la révolutionnaire et diplomate Alexandra Kollontaï. De plus, les deux parties prenantes du processus s’empressaient de répondre rapidement à ce besoin afin qu'il ne gêne pas l'essentiel : « le travail pour la révolution ».

Le NEP n'a pas non plus conduit à la restauration de la famille traditionnelle : au contraire, comme l'écrit Bykov, « les besoins sexuels étaient satisfaits sans tartufferie ».

Plus tard, cependant, l’élite soviétique s'est révélée plus puritaine. Le ministre de l'Éducation publique, Lounatcharski, a écrit que « dans notre société, la seule forme correcte de famille est une famille forte à deux », et Léon Trotski a appelé le parti à encourager la pureté des mœurs.

À quoi mène l'amour libre?

Les idées d'amour libre sont devenues à la mode et constituèrent l'un des symboles de l'époque. L'attirance sexuelle fut conçue comme l’équivalent de la faim, que les gens satisfont sans aucune quête morale ni remords. L'amour se débarrassait du voile romantique, de la modestie et du rituel de la séduction.

Lire aussi : Comment la révolution sexuelle a-t-elle explosé (et implosé) dans la Russie des années 1920?

Ainsi, par exemple, Alexeï Tolstoï dans son récit La Vipère  (1928) décrit le signe des temps - la simplicité en matière de satisfaction des besoins. L’adjoint du directeur d’une société, où l'héroïne a travaillé, la prend à part sur un sujet important et dit que « l'attirance sexuelle est un fait réel et un besoin naturel ». Il lui propose de jeter le romantisme par-dessus bord et, sans cérémonie, l’embrasse et la serre contre lui. L'héroïne, cependant, le repousse.

En pratique, l'amour libre a généré une série de scandales et de déceptions. Les hommes n'étaient pas préparés au fait que les filles choisiraient elles-mêmes leur partenaire et les filles étaient offensées par l'absence de rituel de cour.

Osip et Lili Brik, Vladimir Maïakovski

Avec la notion traditionnelle de « famille », les expériences se sont poursuivies. Ainsi, les théoriciens du symbolisme Dmitri Merejkovski et Zinaïda Gippius ont commencé à vivre ouvertement aux côtés du critique littéraire et éditeur Dmitri Filossofov. Et le poète Maïakovski - avec sa muse Lily Brik et son mari Ossip.

Débauche et ennui

La satiété précoce mène à l'ennui, à la solitude et aux expériences risquées avec sa propre vie, déclare Dmitri Bykov. Après avoir tout essayé durant les premières années, la mort fut perçue comme la sensation forte ultime.

L’œuvre de Gleb Alexeïev L'affaire du cadavre est écrite sous la forme du journal intime de la jeune fille Choura Goloubeva, qui s'est suicidée à cause d'un amour malheureux. Toutefois, cette histoire ne concerne pas l'amour et la mort, mais l'ennui et le manque de culture. Choura met fin à ses jours non pas parce qu'elle aime, mais parce qu'elle n'a plus rien à faire.

« En ce sens, la vie russe postrévolutionnaire s'est avérée bien pire que la prérévolutionnaire », écrit Bykov. Les étudiants du début du siècle avaient des espoirs et des aspirations liés à la révolution, mais les étudiants rouges des années 1920 ou les ouvriers des usines n’avaient plus qu’à se suicider : « Ils avaient déjà tout essayé, et il y avait encore assez d'armes dans le pays ».

Dans la nouvelle Inondation (1929), Evgueni Zamiatine évoque la perte totale des caractéristiques humaines. Avec la folie érotique et les suicides en général, l'un des thèmes principaux de la fin du NEP était la criminalité rampante. L'héroïne, Sophia, qui a déjà près de quarante ans, tue Ganka simplement parce qu'elle est jeune, belle et chanceuse. Parce qu'elle-même est plus âgée et que sa vie est terminée.

Selon Bykov, deux phrases de Zamiatine résument parfaitement l’atmosphère de l’époque : « Toute la nuit, le vent a soufflé à travers la fenêtre, les fenêtres grésillaient, l'eau de la Neva se levait. Et comme s’il était lié à la Neva par des veines souterraines, le sang montait ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies