Libération du premier Russe condamné pour violation des règles de manifestation

L'opposant Ildar Dadine

L'opposant Ildar Dadine

AFP / East News
L’opposant Ildar Dadine sera remis en liberté. La Cour constitutionnelle de Russie a déclaré qu’il était interdit de juger une personne pour sa participation à une manifestation pacifique, même si celle-ci n’a pas été concertée avec les autorités.

La Cour suprême de Russie a décidé le 22 février d’annuler la sentence prononcée contre l’opposant Ildar Dadine, premier et pour l’instant unique Russe à avoir été condamné pour violation répétée des règles d’organisation de manifestations.

« Clore le dossier pénal contre Ildar Dadine, le remettre en liberté et reconnaître son droit à la réhabilitation », a déclaré l’un des juges.

"Arrêtez les tortures, libérez Dadin", lit-on sur la pancarte. Crédit : AFP« Arrêtez les tortures, libérez Dadin », lit-on sur la pancarte. Crédit : AFP

Cette décision fait suite à la demande de la Cour constitutionnelle de réviser la peine, avec l’argument suivant : les manifestants peuvent voir engagée leur responsabilité pénale uniquement si leur action est dangereuse pour les citoyens, la sécurité publique et d’« autres valeurs ». Or, personne n’a souffert à la suite des actions d’Ildar Dadine.

Ildar Dadine a été condamné à trois ans de prison en décembre 2015 et s’est vu réduire sa peine à deux ans et demi en mars 2016.

Détenu, il a choqué l’opinion publique par une lettre faisant état de tortures par le personnel, lorsqu’il était « suspendu par des menottes et battu par dix à douze hommes à la fois ». Toutefois, ni l’enquête, ni les médecins indépendants n’ont pu confirmer ses dires.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.