Libération du premier Russe condamné pour violation des règles de manifestation

L'opposant Ildar Dadine

L'opposant Ildar Dadine

AFP / East News
L’opposant Ildar Dadine sera remis en liberté. La Cour constitutionnelle de Russie a déclaré qu’il était interdit de juger une personne pour sa participation à une manifestation pacifique, même si celle-ci n’a pas été concertée avec les autorités.

La Cour suprême de Russie a décidé le 22 février d’annuler la sentence prononcée contre l’opposant Ildar Dadine, premier et pour l’instant unique Russe à avoir été condamné pour violation répétée des règles d’organisation de manifestations.

« Clore le dossier pénal contre Ildar Dadine, le remettre en liberté et reconnaître son droit à la réhabilitation », a déclaré l’un des juges.

"Arrêtez les tortures, libérez Dadin", lit-on sur la pancarte. Crédit : AFP« Arrêtez les tortures, libérez Dadin », lit-on sur la pancarte. Crédit : AFP

Cette décision fait suite à la demande de la Cour constitutionnelle de réviser la peine, avec l’argument suivant : les manifestants peuvent voir engagée leur responsabilité pénale uniquement si leur action est dangereuse pour les citoyens, la sécurité publique et d’« autres valeurs ». Or, personne n’a souffert à la suite des actions d’Ildar Dadine.

Ildar Dadine a été condamné à trois ans de prison en décembre 2015 et s’est vu réduire sa peine à deux ans et demi en mars 2016.

Détenu, il a choqué l’opinion publique par une lettre faisant état de tortures par le personnel, lorsqu’il était « suspendu par des menottes et battu par dix à douze hommes à la fois ». Toutefois, ni l’enquête, ni les médecins indépendants n’ont pu confirmer ses dires.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.