«Fillon veut évacuer la problématique russe du premier plan»

Le candidat Les Républicains à la présidence française, François Fillon.

Le candidat Les Républicains à la présidence française, François Fillon.

Reuters
Le candidat Les Républicains évoque les relations avec Moscou

Dans  une interview publiée dimanche dans Le Monde, le candidat Les Républicains à la présidence française, François Fillon, a évoqué entre autres la Russie. L’homme politique a souligné qu’on ne pouvait pas « traiter avec légèreté ce pays immense », estimant que deux options s’offraient à la France : trouver un accord ou « l’affronter ».

« Qui peut raisonnablement vouloir entrer en conflit avec la Russie? Penser qu'on va faire plier le peuple russe en lui imposant des sanctions économiques est naïf », a-t-il indiqué, avant de se prononcer en faveur d’une refondation des relations entre Paris et Moscou.

La déclaration de M. Fillon reflète sa cohérence en matière de politique étrangère, notamment à l’égard de la Russie, a estimé dans un commentaire accordé à RBTH Iouri Roubinski, directeur du Centre des études françaises près l'Institut de l'Europe de l'Académie des sciences de Russie.

L’expert considère que François Fillon « a aspiré à écarter le facteur russe de la première ligne de la campagne électorale », a-t-il expliqué.

Il a rappelé que lors des élections américaines, la Russie était instrumentalisée dans le cadre de la lutte politique et qu’actuellement cette lutte se déplaçait d’outre-Atlantique vers l’Europe. Les opposants à Donald Trump laissent de plus en plus souvent entendre, parfois même officiellement, que les « forces prorusses, appuyées par Moscou, comptaient s’ingérer, y compris par le biais d’attaques informatiques, dans la campagne électorale en France, en Allemagne et aux Pays-Bas ». 

Pour court-circuiter les tentatives de n’importe quel candidat de suivre l’exemple des États-Unis et d’instrumentaliser Moscou à des fins politiques, M. Fillon a montré que suivre cet exemple revenait à nuire les intérêts de la France, a conclu l’expert.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Lire aussi :

La primaire de la droite et du centre vue par la presse russe

L’Amérique de Trump rencontre la Russie de Poutine

La Moldavie et la Bulgarie se tournent vers Moscou

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.