Une météorite se désintègre dans le ciel de la Khakassie

Capture d'écran YouTube
Le bolide céleste est beaucoup moins important que celui tombé en 2013 sur Tcheliabinsk, mais les débris seraient repérables.

Un corps céleste, probablement une météorite, s’est désintégré ce mardi au-dessus de la République russe de Khakassie (sud de la Sibérie centrale) sans causer de dommages, annoncent les médias locaux.

Les débris du bolide seraient tombés dans la région de la vallée de Babik, rapporte l’agence TASS, se référant à la porte-parole du numéro un de la république, Olga Kolessnikova, précisant qu’une équipe de chercheurs avait été dépêchée sur place.

Sur les réseaux sociaux les habitants de la Khakassie et de la région de Krasnoïarsk voisine parlent d’une lumière éblouissante observée dans le ciel. « C’est à la fois spectaculaire et très effrayant », témoigne une internaute sur sa page VKontakte, citée par la source.

La météorite qui s’est désintégrée mardi est beaucoup plus petite que celle tombée il y a près quatre ans sur la région de Tcheliabinsk, a indiqué à l’agence TASS Viktor Gorokhovsky, membre de l’Académie de sciences de Russie et professeur à l’Université fédérale de l’Oural.

« Effectivement, une météorite de bonne taille a explosé ce soir dans le ciel de la Khakassie. (…) Ses fragments pourraient être repérés, l’essentiel est d’établir la trajectoire de son vol et de comprendre où ils sont tombés. Cela devrait prendre 24h », a-t-il expliqué.

 

Et d’ajouter que le bruit de l’explosion avait été entendu près de la ville d’Abakan (la capitale) et que trois éclats de lumière avaient éclairé le ciel. Le savant n’écarte pas la possibilité que les débris soient tombés dans des régions différentes.

« Ce qui est sûr, c’est que cette météorite n’a pas été très grande. Compte tenu du fait qu’elle s’est carbonisée ou a explosé, (…) son diamètre ne dépassait pas 10 à 15 mètres et, apparemment, elle n'était pas ferreuse », estime pour sa part Natan Eysmont, de l’Institut de recherche spatiale, cité par le magazine russe Snob.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.