La France regarde vers l’Extrême-Orient russe

Un énorme potentiel pour les investisseurs français.

La présence d’entrepreneurs français dans l’Extrême-Orient russe est plus que modeste, mais le territoire du Primorié et son chef-lieu, Vladivostok, qui s’est vu récemment attribuer le statut de port franc, recèlent un énorme potentiel pour les investisseurs français, a constaté le directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) franco-russe, Pavel Chinski.

Cette déclaration a été réalisée dans le cadre d’une mission d’affaires de sociétés françaises organisée par la CCI franco-russe, qui aide les investisseurs français à s’implanter dans de nouvelles régions russes.
 
L’objectif numéro un de l’actuelle mission est de consolider et de développer les relations économiques franco-russes, a expliqué le Chargé d’affaires de l’ambassade de France à Moscou, Frédéric Mondoloni, qui conduisait la délégation des sociétés souhaitant coopérer avec la région russe. Par exemple, AccorHotels, qui se concentre sur le développement de l’hôtellerie et du tourisme dans 95 pays, a créé en Russie 31 hôtels de trois à cinq étoiles et tout indique que ce secteur voit s’ouvrir de larges horizons devant lui dans le territoire du Primorié. Le géant pharmaceutique Sanofi, représenté dans plus de 100 pays, fabrique notamment des médicaments pour les malades souffrant de cancer et de diabète. Le géant Boccard Meura, expert en conception et production d’équipements, a fabriqué des matériels hautement technologiques pour de nombreuses entreprises russes, par exemple de Danone et L’Oréal. « Et tous ces groupes sont prêts à participer au développement du territoire du Primorié », a souligné M. Mondolini.
 
Le vice-gouverneur de celle-ci, Sergueï Nekhaïev, a souligné pour sa part que le territoire du Primorié et la France entretenaient non seulement des relations étroites dans le domaine de la culture et de l’enseignement, mais avaient également à leur actif des succès dans le secteur économique. « Ainsi, une société française a participé à la construction des célèbres ponts qui sont devenus l’une des cartes de visite de la région. Ces derniers temps, les échanges commerciaux entre la région russe et la France se sont accrus de 50% », a-t-il indiqué.
 
« Le statut de port franc accordé à Vladivostok nous permet de repenser l’espace douanier pour une libre importation des articles sur le marché asiatique. En outre, le territoire du Primorié devient une plaque tournante du tourisme, un tel modèle de développement de la région ayant été adopté au niveau national. Grâce aux règles simplifiées d’obtention de visa qui entreront bientôt en vigueur dans le port franc de Vladivostok, nous sommes prêts à assurer le transit des touristes se rendant d’Europe en Asie et vice versa », a fait remarquer pour conclure Sergueï Nekhaïev.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.