Un responsable tchétchène exige une enquête contre un opposant russe

Karymov estime que dans son rapport « Menace pour la sécurité nationale », l’homme d’opposition russe « cherche à convaincre » les Russes que la Tchétchénie

Le 14 mars 2016, le responsable du service de presse de la République de Tchétchénie Alvi Kazymov a saisi le Parquet général et le Comité d’enquête russe à qui il demande l’ouverture d’une enquête pénale contre le vice-président du Parti de la liberté populaire (PARNAS) Ilya Iachine.

Karymov estime que dans son rapport « Menace pour la sécurité nationale », l’homme d’opposition russe « cherche à convaincre » les Russes que la Tchétchénie« menace la sécurité nationale de la Fédération de Russie et pourrait lui déclarer le djihad ». Le porte-parole de Ramzan Kadyrov a qualifié les propos de Iachine de « mensonge flagrant et de calomnie éhontée » à l’égard du président tchétchène.

Karymov estime que le principal objectif de Iachine est de miner la situation en Russie en se servant de la Tchétchénie, et de dénigrer la population tchétchène. Il a souligné avoir saisi le Parquet général et le Comité d’enquête russe en tant que citoyen d’honneur de la république et non en qualité de porte-parole du leader tchétchène.

Sur sa page Facebook, Iachine explique que Kadyrov n’en est pas à sa première tentative d’utiliser les forces de l’ordre comme levier de pression sur ses détracteurs et que l’enquête vise à le faire taire, l’opposant affirmant toutefois ne pas avoir l’intention de céder.

Iachine estime que la plainte auprès du Parquet obligera ce dernier à lire plus attentivement son rapport « Menace pour la sécurité nationale » et à poser un certain nombre de questions au président tchétchène. « La réaction nerveuse de Kadyrov à l’égard de mon rapport prouve que je mène une mission utile et que le rapport a atteint sa cible. Plus les Russes seront nombreux à apprendre la vérité sur les bandits de Kadyrov, plus la société russe a de chances de vivre des changements », écrit Iachine. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.