Présence tchétchène en Syrie : le Kremlin commente les propos de Kadyrov

Seules les structures de force sont habilitées à répondre aux questions relatives à la présence de soldats d’élite tchétchènes en Syrie, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, commentant une déclaration faite dimanche par le numéro un tchétchène, Ramzan Kadyrov, sur les ondes de la télévision publique russe.

Le ministère russe de la Défense a expliqué « à maintes reprises qui participe (à l’opération en Syrie, ndlr), depuis quand et pour quelles raisons », a-t-il souligné, avant d’appeler à se référer en priorité aux déclarations du département militaire.

M. Peskov a invité les journalistes à adresser ce genre de question aux structures de force. Ceci étant dit, « il convient de parler non pas des forces spéciales tchétchènes, mais des troupes fédérales appropriées ».

Ramzan Kadyrov a déclaré dimanche sur les ondes de la chaîne Russie 1 que des combattants des forces spéciales ayant suivi un entraînement en Tchétchénie se trouvaient depuis longtemps en Syrie, où ils tenaient tête à Daech (groupe terroriste interdit en Russie).

Selon les propos du numéro un tchétchène, ces agents spéciaux « rassemblent des informations sur l'organisation ainsi que le nombre de terroristes, et repèrent les cibles à bombarder par l’aviation russe ».

M. Kadyrov a en outre confié que les forces spéciales tchétchènes avaient perdu plusieurs hommes en Syrie.

Peu de temps après le début de l’opération militaire russe en Syrie, Ramzan Kadyrov a fait savoir que des militaires tchétchènes étaient prêts à participer à une opération au sol si elle s’impose. « Nous sommes en état d’alerte numéro un. Nous sommes prêts à partir et nous avons des volontaires - des dizaines de milliers de personnes », a-t-il alors déclaré.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.