Odile Belkaddar, lauréate du 10e prix Russophonie

Le 10e prix Russophonie, récompensant la meilleure traduction vers le français d'un livre initialement écrit en russe, a été remis samedi à Odile Belkeddar.

Cette traductrice de littérature jeunesse a été distinguée  pour sa traduction de l’Insigne d’argent de Korneï Tchoukovski, écrivain dont l’œuvre a formé et enchanté des générations de petits Russes, indiquent les organisateurs dans un communiqué.

La sélection réunissait cette année des traducteurs de textes très divers, de la littérature jeunesse au confidentiel et sulfureux Rozanov (Dernières feuilles, traduit par Jacques Michaut-Parterno aux éditions des Syrtes), en passant par le plasticien biélorusse Artur Klinau (Minsk, Cité de rêve, traduit par Jacques Duvernet, Ed. Signes et balises), le déjà classique Victor Astafiev (La joie du Soldat, traduit par Anne Coldefy-Faucard, Ed du Motif) ou le médiéviste Vodolazkine, (Les quatre vies d’Arseni, traduit par A.M. Tatsis – Botton, Ed. Fayard).

La remise du prix s'est déroulée dans le cadre des Journées européennes du livre russe et des littératures russophones.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.