Mort du PDG de Total : les accusations définitives formulées

Le conducteur de la déneigeuse Vladimir Martynenko.

Le conducteur de la déneigeuse Vladimir Martynenko.

Grigoriy Sisoev/RIA Novosti
Le Comité d'enquête de Russie a rendu publique lundi la version définitive de l'acte d'accusation dans l'affaire du crash du jet privé de Christophe de Margerie, survenu en octobre 2014 à l'aéroport moscovite Vnoukovo. Il s'agit du réexamen de l'affaire, l'acte d'accusation initial n'ayant pas satisfait le Parquet général.

Le Comité d'enquête de Russie a accusé ce lundi quatre employés de l'aéroport Vnoukovo de violation des règles de sécurité en matière de circulation et d'exploitation des transports aériens, ayant conduit à la mort de plusieurs personnes.

Les enquêteurs reprochent aux quatre figurants de l'affaire - le directeur des opérations en vol Roman Dounaïev, le contrôleur aérien et instructeur Alexandre Krouglov, l’aiguilleur NadejdaArkhipova et le chef d'équipe du département d'exploitation des services de l'aéroport Vladimir Ledenev - le non-respect d'une série d'instructions et de règles, ainsi que le non-contrôle de leurs actions mutuelles. Les quatre inculpés plaident non coupable.

Les accusations à l'encontre du cinquième figurant, le conducteur de la déneigeuse Vladimir Martynenko, qui serait le responsable direct de l'accident selon l'enquête, seront formulées le 21 janvier.

Selon l'enquête, dans la nuit du 20 au 21 octobre 2014, M. Martynenko, qui se trouvait en état d'ivresse, a conduit sa déneigeuse sur la piste où son véhicule a percuté le jet de Christophe de Margerie en phase de décollage. La catastrophe a fait quatre victimes.

Le 14 janvier 2015, on a appris que le Comité d'enquête avait abandonné les poursuites contre la contrôleuse aérienne stagiaire Svetlana Krivsoun. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.