Les Russes boudent Moscou et regardent vers les petites villes

D’après une enquête du Centre panrusse d’étude de l’opinion publique, seuls 13% des Russes voudraient que leurs enfants vivent à Moscou. La majorité (23%) des personnes interrogées voudraient pour leurs enfants une vie dans une petite ville. L’une des plus populaires est Tioumen.

Moscou n’est plus l’endroit où les Russes souhaitent le plus vivre. La majorité des personnes interrogées (23%) voudraient que leurs enfants vivent « dans une petite ville », 19% dans une grande ville (mais pas Moscou), 12% dans un village, 12% à l’étranger, 11% à Saint-Pétersbourg.

Seules 13% des personnes interrogées voient leurs enfants vivre à Moscou.

Pourtant, tout le monde s’accorde pour remarquer les nombreuses améliorations survenues à Moscou : beaucoup de lieux de repos sont apparus, les cours d’immeuble et les routes se sont améliorées, les établissements culturels et les salles de sport sont plus nombreux.

Mais la majorité des personnes interrogées s’avère dérangée par l’état de l’écologie à Moscou : 43% de la population a remarqué qu’il s’était dégradé depuis cinq ans. Les bouchons sont également une source de préoccupation.

L’année dernière, le portail de recrutement Superjob a sondé les Russes sur les 22 villes où ils aimeraient vivre, et la première place a été occupée par une ville du grand nord, Tioumen (à 1714 km de Moscou). En deuxième place derrière Tioumen vient la ville méridionale de Krasnodar (91%) (1196 km de Moscou), la troisième place est partagée entre la ville-hôte de l’Universiade et celle des JO, Kazan et Sotchi (90%) (719 et 1362 km de Moscou).

Source : Wciom.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.