Evgueni Primakov s’éteint à l’âge de 85 ans

Crédt : Artem Korotaev/TASS

Crédt : Artem Korotaev/TASS

L’ex-premier ministre russe et ancien ministre des Affaires étrangères Evgueni Primakov s’est éteint vendredi à l’âge de 85 ans, rapporte l'agence Interfax.

Né en 1929 à Kiev, M. Primakov est un économiste et orientaliste russe et soviétique qui a présidé pendant les années 1980 l'Institut de l'Orientalisme de l'Académie des sciences de Russie, et l'Institut d'économie mondiale et des relations internationales. Il fut l’un des principaux conseillers des autorités soviétiques en termes de la politique internationale.

Sa diplomatie l’a rendu célèbre à l’échelle mondiale durant la crise du Golfe et la première guerre d’Irak (1991), sa position étant considérée comme une alternative à la position pro-occidentale adoptée par la diplomatie soviétique.

Pendant le putsch de 1991, il refuse de rejoindre le Comité d’État pour l’état d’urgence et soutient le président Mikhaïl Gorbatchev. En janvier 2012, sous Boris Eltsine, il est désigné directeur du Service de renseignement extérieur.

Entre 1996 et 1998, M. Primakov occupe le poste de chef de diplomatie, sa politique étant perçue en Occident comme assez dure, notamment durant la crise des Balkans.

Sur fond de crise politique interne aigue, engendrée par le défaut de paiement, Evgueni Primakov est nommé chef du gouvernement en septembre 1998.

En mars 1999, il entreprend une démarche qui eut un grand retentissement : alors qu’il se trouvait à bord d’un avion à destination des États-Unis, Evgueni Primakov apprend que l’Otan a entamé le bombardement de la Yougoslavie. En signe de protestation, il ordonne à l’équipage de faire demi-tour au-dessus de l’Atlantique.

Limogé en mai de la même année, il devient un des leaders du bloc Patrie – toute la Russie et préside sa fraction à la Douma (chambre basse du parlement russe) entre 2000 et 2001.

De 2001 à 2011, Evgueni Primakov a présidé la Chambre de commerce et d'industrie de Russie.

Source : Interfax

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.