Le réalisateur Christophe Boula présente son nouveau film Enfances Nomades

Mardi 3 février, lors d’une projection presse à Paris, le réalisateur Christophe Boula a présenté son film Enfances nomades, dont une partie a été tournée en Sibérie.

 

Bande annonce Enfances Nomades par Chris Boula sur Vimeo.

Le film comprend trois volets qui ont été tournées au Tibet (à la frontière de l'Inde et de la Chine), en Sibérie (au village d'Indifarka, en Iakoutie) et en Mongolie (à Oulan-Bator). Les sujets sont imaginaires, mais sont tous consacrés aux problèmes des enfants des peuples  autochtones dont l’existence est aujourd’hui menacée.

Ainsi, dans le film, le gouvernement chinois chasse la population autochtone de leurs demeures dans l'Est du pays pour y entamer l'exploration des ressources naturelles. Quant aux Evenks de Iakoutie, ils utilisent de moins en moins leur langue maternelle, le toungouse, qui tombe petit à petit dans l'oubli.

Le développement de la civilisation humaine incite les peuples indigènes à modifier leur mode de vie : envoyer leurs enfants à l'école, vendre leur bétail pour déménager en ville. La rupture des liens avec leurs ancêtres et la nature est toutefois pénible : la petite fille tibétaine Lhamo tombe malade après la séparation avec son meilleur ami, le yack Galuk, que le père de la fillette a vendu pour pouvoir déménager dans un village ; le petit évenk Apo, perdu dans un bois où il faillit mourir, est sauvé par miracle grâce à un cerf.

« Avant de commencer le tournage, j'ai étudié pendant longtemps ces gens et leurs enfants. Je suis convaincu qu'il est important pour eux de maintenir une relation avec leurs racines et traditions. C’est une sorte de source qui leur donne la force de faire face aux difficultés et de profiter de moments de joie », a confié le réalisateur du film Christophe Boula après la projection.

Le film Enfances nomades sortira au cinéma en France le 25 mars 2015. Les horaires sont disponibles sur le site officiel du film.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.