Les vins français dans le viseur d'un député russe

Le député de la Douma (chambre basse du parlement russe) Vladimir Bessonov a proposé d’interdire les importations du vin français suite à la décision de Paris de suspendre la livraison des deux BPC de classe Mistral destinés à la Russie, rapporte mardi l’agence RIA Novosti.

Cette initiative n’est pas la première du genre : en septembre dernier Vladimir Slepak, membre de la Chambre civile de Russie, avait avancé une mesure similaire, soulignant qu’elle constituerait une réponse appropriée aux sanctions, tout en aidant à protéger les citoyens contre les conséquences néfastes des boissons alcoolisées.

D’après M.Slepak, cet embargo permettrait en outre de soutenir les vignerons de Crimée, dont certains se sont retrouvés sous le coup des sanctions européennes. Rappelons qu’à ce jour, l’Hexagone figure parmi les principaux exportateurs de vins vers la Russie, assurant 18,82% des importations.

« Ce n’est pas une case qui restera vide. Les pays d’Amérique latine sont également connus pour leurs vins », selon Vladimir Slepak. 

Le président de l’Union des viticulteurs et des vignerons de Russie, Leonid Popovitch, estime à l'instar de ce dernier que les producteurs de vin locaux ainsi que ceux du Chili, d’Argentine et de Nouvelle-Zélande sont capables de satisfaire la demande avec des produits de qualité. 

L'année a été marquée par des sanctions réciproques : les pays occidentaux ont décrété plusieurs trains de mesures restrictives contre la Russie, cette dernière a riposté en août en introduisant un embargo sur une série de produits alimentaires en provenance de l’UE. 

Malgré le maintien au niveau actuel des taxes sur les vins et spiritueux pour les deux ans à venir, les prix de l'alcool ont déjà grimpé de 18% et poursuivront leur ascension au début de l'année 2015.

Selon les importateurs de vins étrangers, les livraisons vers la Russie ont déjà connu un net recul de ventes depuis le début de l'année en cours. Cependant, ces derniers restent optimistes et ne se hâtent pas de jeter l’éponge.

Source : RIA Novosti 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.