Russie : la position de Paris n’est pas partagée par tous les députés (Mariani)

Des parlementaires français ont dressé le bilan de leur récent déplacement à Moscou.

Thierry Mariani, député des Français établis à l’étranger et coprésident de l’association Dialogue Franco-Russe, a exprimé mardi 16 septembre à Paris sa préoccupation au sujet des sanctions et de la politique européenne et française vis-à-vis de la Russie.

« La France est un grand investisseur dans l’économie russe. Nous devons arrêter d’écouter les Etats-Unis et Bruxelles et commencer à penser à nos propres intérêts », a fait savoir M.Mariani, dont les propos ont été retraduits du russe.

Nicolas Dhuicq, député UMP, partage cette opinion. Selon ce dernier, en tant que vieux partenaire de la Russie, la France devrait être intéressée par la paix en Ukraine et prendre en considération les intérêts de différents groupes ethniques peuplant ce pays.

Ces déclarations ont été faites lors de la conférence de presse organisée par le Dialogue Franco-Russe, durant laquelle des députés français ont dressé le bilan de leur récente visite à Moscou. Durant ce déplacement, qui a eu lieu du 12 au 14 septembre, la délégation a tenu une série de rencontres avec des hommes politiques russes et des représentants du business français en Russie. D’après M.Mariani, les parties ont exprimé leur vive préoccupation face aux conséquences que la politique de sanctions pourrait avoir pour les deux pays. 

M.Mariani a souligné que le quatrième train de sanctions, infligé juste après la signature du cessez-le-feu, ne contribuait pas à la confiance de Moscou envers Paris. Quant à la récente décision de retarder la livraison de BPC Mistral à la Russie, elle risque, selon lui, de torpiller le prestige de la France aux yeux d’autres partenaires étrangers.

D’ailleurs, ce n’est pas dans les intérêts de la France de laisser la Russie, son partenaire politique et commercial, se retourner vers d’autres Etats, par exemple la Chine, a confirmé Nicolas Dhuicq.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.