La Russie pourrait se voir interdite de participation au salon de l'armement à Paris

Il est possible que la Russie ne puisse prendre part à la plus importante exposition des techniques d'armements du monde Eurostary 2014, qui aura lieu à Paris du 14 au 20 juin. Le général Patrick Kola de Frank, directeur général de l’exposition, l'a déclaré au salon d'armement DSA6-2014, ouvert depuis lundi dans la capitale malaisienne. Selon lui, la décision devrait être prise dans les semaines à venir.

« Pour l'instant, nous n'avons reçu aucune directive concernant la participation de la Russie à Eurostary 2014 de la part de l'Union européenne, mais cela pourrait arriver prochainement. En tout cas, nous avons été informés par le haut », a déclaré le directeur de l'exposition parisienne  à l’agence ITAR-TASS.

Pourtant, le général a exprimé des regrets au sujet de la possible absence de la Fédération de Russie dans l'exposition : « Si la Russie ne participe pas à Еurostary 2014, pour nous, comme pour les organisateurs de ce forum mondial militaro-technique, ce sera une grande perte. La Russie avait déjà réservé un grand stand d'exposition et avait prévu de présenter à Paris une série de nouveaux systèmes d'armes, y compris des prototypes. Il serait vraiment dommage que la Russie ne soit pas représentée à Paris ».

L'exposition internationale Еurostary est consacrée à l'armement et à l'évolution des techniques terrestres et aériennes de l'armée. Cette année, les organisateurs entendent attirer plus de 50 millions de visiteurs de 130 pays du monde, et l'exposition à l'intention de visiter 126 délégations officielles. Les modèles d'armes doivent présenter 1327 sociétés de 54 pays différents.

Aussi, en raison de la crise ukrainienne, les pays occidentaux ont déjà introduit un certain nombre de sanctions à l'égard de la Russie, dans le domaine militaire, notamment la suspension de coopération bilatérale, avec entre autres, le Canada, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l'Allemagne. La France a évoqué la possibilité d'annuler une transaction de deux navires de type « Mistral » initiée par Moscou. Aussi, fin avril, l'Allemagne a gelé toutes les transactions relatives à l'exportation d'armements et de matériel de guerre à la Russie, y compris la coopération entre le groupe de défense Rheinmetall et l'armée russe, concernant la construction d'un centre de formation dans la région de Nijni-Novgorod (le coût du contrat est de 120 millions d'euros).

Source : Newsru.com

Lisez plus sur la crise ukrainienne

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.