Un cimetière de pachydermes a été découvert dans les fonds de la Volga

Les eaux de la Volga cachent sans doute un cimetière énorme de mammouths. De grandes quantités d'ivoire ont été découvertes par des plongeurs.

Par ailleurs, des trouvailles de la sorte se font de plus en plus fréquentes ces derniers temps. Les ossements découverts sont en parfait état et présentent un intérêt énorme pour la science, annoncent les scientifiques.

Les ossements de ces animaux préhistoriques avaient été ensevelis et retenus sous l’eau plus de 100 000 ans. Leur poids énorme est estimé à environ dix kilos.

Plusieurs possibilités sont envisagées. Aux dires des experts, des mammouths ont pu se noyer lors de la traversée du fleuve. Ce n’est pas la dernière découverte des restes de mammouths. Les paléontologues croient à un cimetière sous-marin dans la Volga.

Des défenses des mammouths ont été découvertes un peu partout dans la région de la Volga. Pourtant, la dernière trouvaille est exceptionnelle. Selon les scientifiques de Volgograd, ces ossements auraient pu appartenir à un éléphant qui n’était pas couvert d’un poil fourni. Si c’est le cas, il s’agit d’une population de mammouths beaucoup plus ancienne. On croit à l’éléphant trogontherii (le mammouth des steppes) qui est l’ancêtre des mammouths, souligne un attaché de recherche de l’Institut paléontologique de l’Académie russe des sciences Evgeni Matschenko.

« Les éléphants n’étaient pas aussi poilus que la population suivante, mais personne ne les a jamais vus. Leurs corps congelés n’ont jamais été découverts à la différence de ceux des mammouths. Le climat devait être un peu plus clément et nous supposons que l’éléphant trogontherii s'est habitué petit à petit à la vie dans un climat froid ».

Les scientifiques commencent à imaginer une expédition de grande envergure dans la région. Les profondeurs de la Volga cachent sans doute un riche musée paléontologique sous-marin.

Source : La Voix de la Russie


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.