Saint-Gobain coopère avec l’«Uber russe du bricolage»

Image d'illustration.

Image d'illustration.

AFP
Le marché des matériaux de construction et de finition est évalué à 6 milliards d’euros.

 Site de Saint-Gobain Glassolutions en France. Image d'illustration. Crédit : AFP Site de Saint-Gobain Glassolutions en France. Image d'illustration. Crédit : AFP

Saint-Gobain, géant français de la fabrication et de la commercialisation de matériaux de construction, a lancé sa coopération avec la start-up russe Gdematerial qui livre rapidement ces matériaux à Moscou, a annoncé Emmanuelle Allain-Mouradian, directrice financière de Saint-Gobain CEI, lors de la VIe conférence sur la situation économique en Russie organisée le 22 juin par la Chambre de commerce et d’industrie France-Russie. La coopération a été entamée à la fin de l’année 2016.

La start-up russe, qui a remporté l’année dernière le concours Saint-Gobain Challenge organisé par la société, a été fondée en janvier 2016. C’est une place de marché et un service de livraison rapide de tout article de bricolage. « On peut dire que notre service, c’est une sorte d’"Uber pour les matériaux de construction" », a indiqué le directeur général de Gdematerial, Alim Ouderbekov.

Selon la société, le marché des articles bricolage se monte en Russie à 14,5 milliards d’euros, dont 6 milliards reviennent aux matériaux de construction et de finition. Cette année, la start-up prévoit de maintenir son rythme de croissance et de décupler son chiffre d’affaires.

Toujours d’après Alim Ouderbekov, le marché des matériaux de construction est l’un des plus conservateurs et les nouvelles technologies y sont rares. Pour maintenir le niveau des innovations, l’entreprise française a organisé l’année dernière le Saint-Gobain Challenge. Y étaient invitées les start-ups russes qui proposent des idées de produits, ainsi que des initiatives pour l’efficacité énergétique du secteur ou pour la promotion sur le marché, a précisé Emmanuelle Allain-Mouradian. Au final, l’entreprise française a sélectionné plusieurs start-ups avec lesquelles elle a engagé une coopération.

Prévisions de Saint-Gobain pour le marché russe

Selon Emmanuelle Allain-Mouradian, les affaires de Saint-Gobain en Russie dépendent grandement de la promotion immobilière, secteur en dépression suite à la crise récente. Ainsi, le nombre de logements neufs et le montant des investissements dans le bâtiment sont en berne, ce qui affecte le géant français.

Un autre problème est celui du niveau assez bas de localisation et de la recherche trop lente de producteurs locaux. La société dépend également du cours des monnaies, ce qui la pousse à élargir son réseau russe en développant la coopération avec les producteurs et fournisseurs locaux.

Toutefois, Saint-Gobain reste optimiste quant au potentiel que recèle la Russie. Selon les statistiques globales, le nombre de mètres carrés de surface habitable par personne est de 23 m2 en Russie, de 39 m2 en France et en Allemagne et de 70 m2 aux États-Unis. De ce fait, Emmanuelle Allain-Mouradian estime que la tendance sera à l’accroissement de cet indicateur en Russie.

Le géant français est présent en Russie depuis les années 1990. Le pays compte actuellement sept usines de Saint-Gobain qui fabriquent du mortier pré-mélangé, des isolants et du carton, ainsi qu’une autre produisant du verre plat dans le cadre d’une entreprise mixte avec le turc Trakya Cam Sanayii A.S. au Tatarstan.

Lire aussi : 

En Russie, Saint-Gobain mise sur l’avenir et l’innovation

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.