Les dix villes russes où l’on vit le mieux

Vitaly Timkiv / TASS
Moscou et Saint-Pétersbourg n’étaient pas prises en compte dans le classement dressé par la revue Russian Reporter.

Crédit : Vitaly Timkiv / TASSCrédit : Vitaly Timkiv / TASS

La première place du classement des meilleures villes de Russie en termes de qualité de vie, publié par la revue Russian Reporter en mai 2017, revient à la ville sibérienne de Tioumen (2 000 km à l’est de Moscou).

L’étude portait sur les villes de plus de 600 000 habitants. Le classement se base sur les statistiques économiques concernant la qualité de vie, ainsi que sur un vote en ligne organisé sur le site de recherche d’emploi SuperJob.

Les auteurs du classement n’y ont pas inclus Moscou et Saint-Pétersbourg précisant que dans les deux mégapoles, le budget est établi selon des principes différents des autres villes – ce sont les deux seules villes russes à disposer du statut d’unités fédérales.

1ère place – Tioumen

Crédit : Allexander Makarov / Global Look Press
Crédit : Allexander Makarov / Global Look Press
Crédit : Allexander Makarov / Global Look Press
 
1/3
 

Tioumen est la capitale d’une région pétrolière, ce qui assure des rentrées conséquentes dans le budget municipal. Pourtant, c’est bien grâce au vote populaire que la ville a obtenu sa première position, assure Russian Reporter. La revue distingue également le bon travail de l’administration de la ville, qui assure une hausse constante des indicateurs sociaux et économiques ces dernières années.

2ème place – Krasnodar

Crédit : Vitaly Timkiv / TASS
Crédit : Vitaliy Timkiv / RIA Novosti
Crédit : Vitaly Timkiv / TASS
 
1/3
 
Cette ville du sud de la Russie (1 300 km de Moscou) a occupé la première place du classement de Russian Reporter pendant cinq années consécutives. Les statistiques témoignent que c’est la ville la plus dynamique en termes de construction de logements, tandis que les habitants soulignent l’accessibilité des biens et services. Par ailleurs, Krasnodar est le leader en termes d’ouverture aux investisseurs russes et étrangers, indique la revue.

3ème place – Rostov-sur-le-Don

Crédit : Viktor Pogontsev / Global Look Press
Crédit : Viktor Pogontsev / Global Look Press
Crédit : Viktor Pogontsev / Global Look Press
 
1/3
 

Porte du sud de la Russie (760 km de Moscou), nœud de transport, administratif et économique – des atouts majeurs qui favorisent le développement dynamique des entreprises à Rostov-sur-le-Don. Principale point fort de la ville – sa capacité à s’adapter à une situation en constante évolution sans céder ses positions, soulignent les auteurs du classement.

4ème place – Ekaterinbourg

Crédit : Iimagebroker / Global Look Press
Crédit : Georgy Rozov / Global Look Press
Crédit : Georgy Rozov / Global Look Press
 
1/3
 

Ekaterinbourg, grande ville de l’Oural située 1 800 km à l’est de Moscou, peut se targuer de bons salaires et se classe première en volume de commerce de détail. La ville est ouverte à la nouveauté. En 2013, elle a élu comme maire Evgueni Roïzman, « un homme résolu et complexe qui n’hésite pas à entrer en conflit avec les autorités centrales », souligne la revue.

5ème place – Kazan

Crédit : Sergueï Fomine / Global Look Press
Crédit : DPA / Global Look Press
Crédit : Sergueï Fomine / Global Look Press
 
1/3
 

Aux yeux de ses habitants, Kazan (800 km de Moscou) est la meilleure ville pour toute une série d’indicateurs socioéconomiques : accès aux écoles et aux jardins d’enfants, bons emplois, présence de lieux de loisirs, ou encore bienveillance des habitants figurent parmi ses points forts. Par ailleurs, la ville utilise intelligemment son potentiel touristique : pendant la Coupe des confédérations de football qui se tiendra pendant l’été 2017, elle devrait accueillir entre 80 000 et 150 000 touristes.

6ème place — Novossibirsk

Crédit : Domain publicCrédit : Domain public

Capitale scientifique et industrielle de la Sibérie (3 300 km de Moscou). Les autorités municipales investissent beaucoup dans l’éducation, la culture et le sport, mais les habitants se plaignent des problèmes écologiques, de l’insécurité et des difficultés à trouver un emploi.

7ème place — Krasnoïarsk

Crédit : TASS / Alexey Smyshlyaev
Crédit : Lori / Legion-Media
Crédit : Lori / Legion-Media
 
1/3
 

Centre industriel et logistique du sud-est de la Sibérie (4 100 km de Moscou), la ville a un bon potentiel pour progresser, mais est freinée par les chiffres de la criminalité, précise la revue.

8ème place — Perm

Crédit : Geo Photo
Crédit : Geo Photo
 
1/2
 

Ces dernières années, cette ville de l’Oural (1 400 km de Moscou) affiche une stagnation, mais elle parvient à maintenir son bon classement grâce au vote et reste un important centre culturel du pays, indique la revue. 

9ème place — Nijni Novgorod

Crédit : Alexeï Mosko, Ilaria KantorovaCrédit : Alexeï Mosko, Ilaria Kantorova

Nijni Novgorod (416 km de Moscou), ville située au confluent de l’Ob et de la Volga, est aujourd’hui célèbre en tant que pôle d’entreprises informatiques – Intel, Huawei, SAP et Yandex y ont pris leurs quartiers.

10ème place — Oufa

Crédit : Domain publicCrédit : Domain public

Capitale d’une région agraire et pétrolière, république de Bachkirie (1 300 km de Moscou), la ville s’est transformée après le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai et des BRICS, accueillis par Oufa en 2015. Toutefois, les habitants se plaignent du manque de bons emplois, précise la revue.

Lire aussi : 

Penza, petite bourgade russe convertie en pôle international de création

Les 30 vols vers la Russie les moins chers depuis l'étranger

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.