Russie: plus de dépôts d’argent public dans les banques étrangères?

Antenne locale de la banque UniCredit.

Antenne locale de la banque UniCredit.

Vladimir Astapkovich/RIA Novosti
Une décision visant à répondre aux sanctions contre l’économie russe

Le ministère russe des Finances a proposé d’interdire aux filiales de banques étrangères de gérer les dépôts du budget fédéral, indique le journal russe RBC citant un document publié le 7 avril dernier.

Le ministère propose notamment de refuser de transférer des fonds fédéraux dans les banques qui restreignent la réalisation « d'opérations bancaires à l'égard de certains secteurs et certaines entreprises (organisations) suite à l'application des mesures de sanctions à l'encontre de la Russie ».

Comme l'annonce RBC, le montant total des dépôts du ministère des Finances et des budgets régionaux sur des comptes bancaires s’élevait au 1er mars 2017 à 1 500 milliards de roubles (presque 25 milliards d'euros). La part du lion de cette somme, 1 300 milliards de roubles, revient aux banques nationales, tandis que 4 milliards de roubles (26 millions d'euros) seulement ont été placés dans des banques à capitaux étrangers.

« Les banques étrangères n'ont jamais reçu de sommes importantes de la part du ministère des Finances », a affirmé Denis Choumakov, directeur général de la société d'investissement Choumakov et Partenaires. D'après lui, ces limitations peuvent être considérées comme une réponse à la mise en place des sanctions contre la Russie et comme « une démarche de bonne volonté » envers les banques russes.
 
« À mes yeux, cette décision n'influencera pas substantiellement le travail des filiales de banques étrangères. Si un retrait des fonds budgétaires de ces banques est bel et bien effectué, alors il ne sera pas considérable et n'aura pas d'impact conséquent sur leur activité en Russie », commente Bogdan Zvaritch, analyste du groupe Finam.
 
M. Choumakov s'accorde sur le fait que sur une perspective à long terme, il est peu probable que les banques étrangères changent leur politique envers la Russie. « En cas de nécessité, les banques étrangères engageront les actifs de réserve de leur banque mère », assure-t-il. Les banques étrangères opérant en Russie vendent avec succès leurs produits à la population et la majeure partie de leur capital provient non pas du budget fédéral, mais de personnes physiques ou morales, comme c’est historiquement le cas dans n'importe quel pays du monde, explique M. Choumakov.

 
 

Lire aussi : 

Pourquoi la Russie attend toujours le retour des investisseurs internationaux

Leroy Merlin investira 2,5 milliards d’euros en Russie ces cinq prochaines années

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.