Le rouble retrouve son niveau de 2015

La devise russe reprend des couleurs face à l’euro et au dollar.

La devise russe reprend des couleurs face à l’euro et au dollar.

Denis Rogouline / TASS
La devise russe augmente face au dollar et à l’euro et ne dépend plus des prix du pétrole.

Le cours du dollar à la bourse de Moscou est passé sous le seuil des 57 roubles le 15 février, marquant un nouveau plus bas de ces deux dernières années. Le même jour, le cours de l’euro, qui depuis début 2016 affiche une tendance baissière face à la devise russe, est passé sous la barre des 61 roubles.

Si on pouvait auparavant associer la hausse du rouble à celle des prix du pétrole, il convient aujourd’hui de relativiser cette « règle générale » : le prix du pétrole n’a pratiquement pas bougé depuis le début de l’année, le baril de Brent cotant 55,7 dollars le 3 janvier et 55,6 dollars le 13 février.

De nouveaux facteurs macroéconomiques et géopolitiques ont pu influencer le cours du rouble, estime Stanislav Novikov, directeur général de la banque BCS Ultima. 

« La probabilité que la Russie lève les sanctions et les cours élevés du rouble stimulent la demande de liquidités en rouble des investisseurs étrangers », a-t-il commenté pour RBTH. Selon lui, ceci provoque une hausse des investissements dans les obligations russes, dont le rendement est bien supérieur aux actifs étrangers à rendement fixe.

Bogdan Zvaritch, analyste du groupe FINAM Holdings, estime de son côté que les compagnies exportatrices influent sur le cours du rouble en vendant leurs recettes en devises pour permettre la création de réserves en roubles, sur lesquelles elles paient ensuite des taxes. « Ainsi, on observe une augmentation de l’offre de devises sur le marché, ce qui permet au rouble d’ignorer la dynamique négative du marché des matières premières », explique Zvaritch.

Selon le ministre russe des Finances Anton Silouanov, les exportateurs, qui apportent des investissements essentiels à la devise russe, souffrent sérieusement du « rouble fort ». « Avons-nous de nouveau besoin d'un renforcement si brusque du cours du rouble pour nos exportateurs, notre industrie ? Je ne pense pas », a déclaré M. Silouanov au Forum Gaïdar fin janvier.

Afin de contrôler la hausse du rouble, le ministère des Finances de la Fédération de Russie a annoncé le début de l’achat de devises par le biais de la Banque centrale, des mesures qui n’ont cependant pas suffi à enrayer l’augmentation.

Lire aussi : 

Les banques européennes s’interrogent sur la privatisation du russe Rosneft

Les compagnies aériennes étrangères regardent à nouveau vers la Russie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.